LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
En Somaliland, des enfants jouent sur la plage, dans la région de Sahil.

Le continent africain, un continent invisible ? Gérard Prunier est l’invité des Matins d’été

28 min
À retrouver dans l'émission

Regards détournés : des crises dans l'indifférence, avec Gérard Prunier, ancien chercheur au CNRS, auteur de "Cadavres Noirs" dans la collection Tracts de Gallimard.

En Somaliland, des enfants jouent sur la plage, dans la région de Sahil.
En Somaliland, des enfants jouent sur la plage, dans la région de Sahil. Crédits : Eric Lafforgue/Art in All of Us - Getty

Le conflit qui oppose les anciens gouvernants tigréens du TPLF à la coalition d'Abiy Ahmed en Éthiopie continue à s'étendre dans le pays. Nettoyages ethniques, déplacements de population et famine hantent ce pays dont le dirigeant avait obtenu le prix Nobel de la Paix en 2019. Ce spectacle se déroule sous le regard silencieux d'une Europe en plein désengagement des zones de conflit africaines. L'Europe peut-elle encore autre chose pour l'Afrique que des excuses? 

A l'occasion de la parution de Cadavres Noirs dans la collection Tracts de Gallimard, nous recevons Gérard Prunier, ancien chercheur au CNRS, aujourd'hui consultant indépendant et spécialiste de l'Afrique orientale.

Un témoignage hors du commun

"Il y a des textes qui ne cherchent pas la bien-pensance, ce gras du cœur, cette paresse intellectuelle qui vous submerge chaque jour un peu plus." La préface de Cadavres Noirs, rédigée par Marc Dugain, donne le ton d'un pamphlet qui s'inquiète de l'Afrique et de notre regard sur elle. Avec une expérience de terrain d'un demi-siècle en Afrique méridionale, Gérard Prunier a été témoin des crises politiques au Rwanda, au Sud-Soudan et au Darfour. Or l'Europe ne prend pas la mesure des conflits qu'a vécus récemment l'Afrique, selon Gérard Prunier, pour qui les solutions proposées ne sont pas à la hauteur :

C'est surtout ne pas regarder l'échec des politiques d'aide au développement, parce que la seule chose qui se développe en Afrique, c'est la population. C'est même pas qu'on refuse de voir, on est totalement aveugles. 

Aux yeux de Gérard Prunier, l'Afrique telle qu'imaginée par les Européens depuis la colonisation est surtout une image de l'esprit :

L'espérance de vie des Africains était très courte, donc il n'y avait pas d'accumulation de la plus-value. Il n'y avait pas d'Etat. Il y a eu des empires à roulettes qui ne duraient pas bien longtemps, sauf dans quelques cas très spécifiques autour des Grands Lacs. 

C'est-à-dire que dans le regard du Blanc, l'Afrique existe, mais elle n'existe pas en réalité, c'est à dire de l'intérieur. Si vous remontez du bas de la société vers les Etats bidons qu'on a créé comme héritiers de la colonisation, ce sont des États en carton, à part l'Ethiopie, qui est le seul pays à n'avoir jamais été colonisé, et qui est d'ailleurs en pleine guerre civile, parce que la question, c'est comment transformer un empire en Etat nation. 

Dans une civilisation de l'image, la médiatisation de conflits permettrait d'attirer l'intérêt sur certains problèmes marginalisés dans le débat public, dit Gérard Prunier :

Ça change que, par exemple, la guerre du Vietnam a évolué comme elle a évolué parce qu'on montrait les morts à la télévision.

Ça n'aurait pas évolué de la même manière si on n'avait pas vu ces cadavres, on les a vus. Ça a fait un impact réactionnel sur l'Amérique elle-même, et les révoltes étudiantes américaines datent de cette époque.

Risque d'embrasement en Ethiopie

Pour Gérard Prunier, le système fédéral ethnolinguistique inscrit dans la constitution éthiopienne de 1994 est sur le bord de la rupture. Un conflit historique entre des Tigréens au pouvoir durant 30 ans et le pouvoir actuel serait ainsi en train de provoquer des tendances génocidaires :

En ce moment, il n'y a aucun doute, quand on voit la manière dont Abiy Ahmed et ses alliés érythréens se sont comportés au Tigré. Alors évidemment, le problème, c'est que beaucoup de gens détestent le Tigré. Parce que pendant les trente années où ils ont été au pouvoir, ils se sont remplis les poches et ils ont monopolisé le pouvoir. 

L'Erythrée est une ancienne province de l'Ethiopie qui a fait sécession en 1993. (..) Ils sont revenus avec une véritable vengeance, c'est-à-dire non seulement ils s'adressent à un morceau du pays qui avaient été leurs colonisateurs intérieurs, un peu comme la situation du Sud-Soudan entre le Nord et le Sud. Maintenant, ils se vengent et les instructions qui ont été données aux sous-officiers sont terrifiantes.

Chroniques
8H00
15 min
Journal de 8 h
Covid-19 : de nouvelles mesures de restrictions sanitaires dans plusieurs territoires d'Outre-mer
Intervenants
  • ancien chercheur au CNRS, aujourd'hui consultant indépendant et spécialiste de la Corne de l'Afrique et son interface avec le monde arabe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......