LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un manifestant contre le passe sanitaire à Paris le 14 août

Passe sanitaire, vaccination : la santé publique à l'épreuve du politique. Avec François Crémieux et William Dab

29 min
À retrouver dans l'émission

Nous recevons François Crémieux, directeur de l'AP-HM, et William Dab, professeur émérite du conservateur national des Arts et Métiers et ancien directeur général de la santé pour discuter de la mise en application du passe sanitaire en France et des nombreux débats que cela suscite.

Un manifestant contre le passe sanitaire à Paris le 14 août
Un manifestant contre le passe sanitaire à Paris le 14 août Crédits : Saamer al Doumy - AFP

François Crémieux, le directeur de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, et William Dab, professeur au conservatoire national des Arts et Métiers et ancien directeur général de la santé sont invités pour discuter des difficultés que rencontre le gouvernement dans sa gestion de la crise sanitaire. Les mobilisations contre l'application du passe sanitaire ne faiblissent pas alors que la situation épidémique s'aggrave, notamment dans le Sud-Est du Pays et en Outre-Mer. 

Pression régionalisée

Aux Antilles et dans le sud-est français, la situation sanitaire est compliquée. Alors que la Martinique manque d'oxygène, le taux d'incidence est de 700 cas pour 100.000 habitants dans les Bouches-du-Rhône. François Crémieux a déclenché le plan Blanc à Marseille pour mobiliser des équipes absentes début août et réorganiser des équipes en vue de la prise en charge des malades du Covid-19.

Pour l'instant, on en est au stade où on reporte des interventions, on reporte des prises en charge. On essaie de gagner du temps dans l'espoir que dans les semaines qui viennent, les épidémies diminuent, que la pression rebaisser et qu'on puisse reprendre une activité la plus normale possible. François Crémieux

Pour William Dab, le Covid-19 est aujourd'hui une épidémie maîtrisable : 

C'est à portée de main grâce à la vaccination, mais je pense qu'il faut rappeler l'importance de l'hygiène des mains, l'importance des masques, même pour les vaccinés, contrairement à ce qu'on entend ici et là. L'aération des locaux et puis la séquence tester-tracer-isoler. Je pense qu'il faut quand même rappeler que pour maîtriser une épidémie, la clé, c'est l'isolement des personnes contagieuses. William Dab

En Martinique, la défiance envers les pouvoirs publics et un lointain gouvernement contribue à l'hésitation vaccinale, selon William Dab

Je pense qu'il faut vraiment expliquer aux gens que se vacciner, ce n'est pas un acte politique. On ne se vaccine pas pour faire plaisir au gouvernement, même si on n'est pas d'accord avec ce gouvernement. On se vaccine pour se protéger, pour protéger les autres et pour apporter sa pierre à la prévention de l'épidémie. William Dab 

Retour au réel

Pour François Crémieux, la situation antillaise est un rappel au réel :

Cette situation antillaise, elle nous ramène à ce réel qui est qu'il n'y a pas d'alternative à la compréhension de ce qui se passe. Ou en tout cas, il n'y a pas d'alternative à la réalité antillaise. Et donc, on n'a pas entendu sur Internet autre chose que ce qui se passe. On n'a pas entendu des arguments et des contre-arguments. Je trouve que c'est très important. François Crémieux

Chroniques
8H00
15 min
Journal de 8 h
Afghanistan : le président Joe Biden ne regrette pas la décision de retirer les troupes américaines du pays
Intervenants
  • Directeur de l'Assistance publique - hôpitaux de Marseille (AP-HM)
  • professeur titulaire de la chaire d'Hygiène et Sécurité du Cnam et responsable des enseignements de sécurité sanitaire au Cnam, ancien directeur de la santé
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......