LE DIRECT
Sophie Cluzel, la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, le 10 novembre 2020 à la Défense lors d'une réunion sur l'emploi des personnes handicapées

Personnes handicapées : l’inclusion en question, avec Sophie Cluzel

16 min
À retrouver dans l'émission

12 millions. C’est le nombre de personnes handicapées en France. Pour parler de l’inclusion de ces personnes dans notre société, Guillaume Erner reçoit Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées.

Sophie Cluzel, la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, le 10 novembre 2020 à la Défense lors d'une réunion sur l'emploi des personnes handicapées
Sophie Cluzel, la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, le 10 novembre 2020 à la Défense lors d'une réunion sur l'emploi des personnes handicapées Crédits : Eric PIERMONT - AFP

La France compte 12 millions de personnes handicapées dont les situations sont extrêmement différentes. 80% d’entre-elles ont un handicap invisible, comme la déficience mentale, les troubles cognitifs, le handicap psychique...

Alors comment mieux inclure les personnes handicapées dans notre société et comment changer le regard que nous portons sur le handicap ? 

Pour en parler, Guillaume Erner reçoit ce jeudi 3 décembre Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargée des personnes handicapées depuis 2017. 

"Valéry Giscard d’Estaing c’est le père fondateur pour le handicap" (Sophie Cluzel)

"Valéry Giscard d’Estaing c’est le père fondateur pour le handicap avec la grande loi de 1975 que Simone Veil a porté, qui a ouvert les possibles et l’obligation d’emploi des personnes handicapées, afin de voir ces personnes comme des potentiels travailleurs ce qui était très novateur. Et donc il a enclenché cette citoyenneté des personnes handicapées."

"Quand je l’ai rencontré il y a deux ans, nous avons échangé sur ce point-là, parce que le président de la République Emmanuel Macron portait justement le droit de vote pour les personnes majeures protégées sous tutelle, que le handicap ne soit plus une excuse pour priver les personnes handicapées de leur droit de vote, (…) il était extrêmement favorable, il avait salué cette motion vraiment novatrice de redonner la pleine dignité à toutes les personnes en situation de handicap." 

Ce que je ne veux pas c'est que cette crise économique touche en premier les personnes handicapées, qu’elles soient la variable d’ajustement des licenciements." (Sophie Cluzel)

"Nous avons voulu réagir extrêmement vite, le premier confinement a été compliqué, c’est certain, puisque tout était fermé et que les personnes handicapées étaient en difficulté. Nous avons réagi très vite en assouplissant les règles. Le deuxième confinement a été beaucoup mieux supporté, tout est resté ouvert et tous les accompagnements pouvaient se poursuivre. (…) Ce que je ne veux pas c'est que cette crise économique touche en premier les personnes handicapées, qu’elles soient la variable d’ajustement des licenciements. Le maintien dans l’emploi est très important." 

"Nous avons un plan de relance inclusif très actif pour avoir des mesures d’accompagnement, des aides à l’emploi très importantes : 4000 euros pour l’embauche d’une personne handicapée. 8000 euros pour l’apprentissage. Donc nous avons mobilisé ces 6 derniers mois l’ensemble des entreprises, les grandes entreprises se sont engagées dans leur responsabilité sociétale avec 140 entreprises qui ont signé le « manifeste inclusion » en 2019, donc nous les avons remobilisées, ainsi que les organisations syndicales pour porter dans le dialogue social cette situation des personnes handicapées." 

"Nous sommes le premier gouvernement à dire « (...) vous n’avez plus besoin tous les 3 ans de nous prouver votre handicap" (Sophie Cluzel)

"Je vous rappelle que le handicap est priorité du quinquennat, le président de la République a voulu replacer le secrétariat d’Etat auprès du Premier ministre pour réaffirmer l’importance et la dignité des personnes en situation de handicap. Et donc moi je m’attelle à creuser le sillon d’avoir des droits réels et non pas incantatoires. Les personnes handicapées doivent avoir un accès à leurs droits beaucoup plus simple. Nous avons complexifié la vie des personnes. Imaginez-vous que nous sommes le premier gouvernement à dire "nous sommes en confiance avec vous, vous n’avez plus besoin tous les 3 ans de nous prouver votre handicap pour vous donner des droits". C’est quand même insupportable de devoir aller prouver sans arrêt son handicap." 

Chroniques

8H00
23 min

Journal de 8 h

Valéry Giscard d'Estaing, homme de réformes et d'avancées sociétales
Intervenants
  • secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargée des personnes handicapées
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......