LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le robot "Philip K. Dick" présenté au "Web Summit" de Lisbonne le 6 novembre 2019

Philip K. Dick dans les mots d’Emmanuel Carrère

42 min
À retrouver dans l'émission

Parfois mal-aimé en son pays, Philip K. Dick a su toucher un large public en France et sa reconnaissance est désormais unanime. A l’occasion de la réédition de l’intégrale des nouvelles du maître de la SF aux éditions Gallimard, Guillaume Erner reçoit son biographe français : Emmanuel Carrère.

Le robot "Philip K. Dick" présenté au "Web Summit" de Lisbonne le 6 novembre 2019
Le robot "Philip K. Dick" présenté au "Web Summit" de Lisbonne le 6 novembre 2019 Crédits : Stephen MCCARTHY - Getty

"Si vous trouvez ce monde mauvais, vous devriez en voir quelques autres". Ce sont les mots prononcés par Philip K. Dick le 24 septembre 1977 à l’occasion du 2e festival de science-fiction de Metz. 

Des mots qui résument la vision du monde de cet auteur prolifique qui révolutionna le genre de la science-fiction en lui donnant ses lettres de noblesse. Parfois mal-aimé en son pays, la renommée de l’écrivain américain est désormais unanime. Les Matins de France Culture ont décidé de consacrer cette émission à Philip K. Dick à l’occasion de la réédition de l’intégrale de ses 120 nouvelles, qui viennent de paraître dans la collection Quarto chez Gallimard. 

Alors comment Philip K. Dick a-t-il fait entrer la science-fiction dans la culture "savante" ? En quoi les expériences mystiques et psychiatriques de cet écrivain sous amphétamines ont-elles façonné son immense œuvre littéraire ? Plus d’un demi-siècle après leur parution, les mondes pluriels de K. Dick peuvent-ils nous aider à appréhender notre monde présent ? 

Pour en parler, Guillaume Erner reçoit l'écrivain, scénariste et cinéaste Emmanuel Carrère. C'est ce dernier qui a fait connaître Philip K. Dick au grand public français à travers une biographie romancée, publiée en 1993 et dont la réédition est prévue pour janvier 2021 aux éditions du Seuil. Son titre est, à l'image de K. Dick, un brin mégalomane : "Je suis vivant et vous êtes morts".  

"J'aime passionnément Dick" (Emmanuel Carrère)

"Pour écrire cette biographie, il faut passer pratiquement deux ans de sa vie à raconter la vie d'un autre. Parce que j'aime passionnément Dick. Je pense que c'était un écrivain immense, majeur, ce qui est ce qui est désormais complètement admis, ce dont témoigne par exemple cette publication de ses nouvelles en Quarto. (...) Mais à l'époque où j'ai écrit cette biographie Dick était encore dans cette espèce de ghetto de la science fiction, sans son espèce de statut d'écrivain majeur du XXe siècle, ce n'était pas encore tout à fait acquis. Donc, il y avait un côté un peu militant de le faire connaître davantage. Mais au delà de moi, c'est un livre que, d'un point de vue vraiment littéraire, j'ai eu le plus grand plaisir à écrire." (Emmanuel Carrère)

"La vie de Dick ressemble absolument à un roman, à un roman de Dick, c'est-à-dire que l'on plonge, pas seulement dans les événements de sa vie, mais dans son cerveau ou dans la façon dont son cerveau fonctionnait, ce qui fait qu'on a l'impression d'être dedans." (Emmanuel Carrère)

"Et j'ai plongé là-dedans pendant pendant deux ans en essayant de partir de l'idée, a priori un peu paradoxale, que cet ensemble de livres, les 120 nouvelles qui viennent de paraître et la quarantaine de romans qu'il a écrit, qui relèvent à première vue de la fiction la plus débridée, la moins réaliste, étaient en fait des livres autobiographiques. (...) j'ai mis en parallèle tous les événements de sa vie, tels que j'avais pu y avoir accès à la fois par une enquête personnelle et aussi par les biographies antérieures américaines (...) et à ma surprise enchantée, ça marchait absolument au point où il y avait même des dialogues dans le livre, dans mes biographies qui, apparemment, ont l'air complètement inventés. En réalité, ils ne le sont pas, ils sont transposés (...) les dialogues sont piqués dans une conversation entre un personnage dans ses romans et un robot. Et ça marche. (...) En même temps, je tiens à dire que comme biographie de Dick, c'est tout à fait fiable. Ce n'est pas un délire personnel. " (Emmanuel Carrère)

"C'est avec les médicaments qu'il arrivait à écrire." (Emmanuel Carrère)

_"C'_est un gros, travailleur, il n'avait pas le choix. Il s'est quand même bousillé. Il y a un seuil limite de dire que Dick est un grand écrivain de la drogue. Et c'est vrai que la grande période créatrice de Dick était la période du LSD. (...) Mais cela dit, en réalité, Dick dit qu'il a pris du LSD une seule fois dans sa vie. Ça a été évidemment un mauvais trip, mais totalement catastrophique, disaient ses amis. Moi, je suis heureux, j'ai été en enfer. J'ai mis 1000 ans à revenir en rampant. En réalité, il prenait beaucoup d'amphétamines. C'est avec les médicaments qu'il arrivait à écrire. (...) Un roman en trois semaines. (...) Mais il a payé ça." (Emmanuel Carrère)

"Il faisait partie de ces gens (...) qui cherchent le sens de la vie" (Emmanuel Carrère)

"C'était une espèce de théologien sauvage. Il faisait partie de ces gens qui cherchent le sens de la vie, mais qui ont toujours l'idée qu'il y a quelque chose de caché derrière le réel, que le réel est truqué. Et au fond, c'est cette intuition là à laquelle il a donné une forme de sophistication littéraire absolument incroyable, qui est aussi la raison pour laquelle il est devenu une telle figure de la culture. Vous voyez le nombre de films qui ont été adaptés, de disques, soit probablement l'auteur le plus adapté." (Emmanuel Carrère)

Chroniques
8H00
17 min
Journal de 8 h
Amazon accepte de reporter son Black Friday
8H16
3 min
Le Billet politique
Vers une "troisième vague"... à l'âme ?
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......