LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le ministre de l'économie allemand, Peter Altmaier, présente les projections économiques de l'Allemagne en avril 2021

Prévoir et planifier en temps de crise : les économistes face au “Covid long” avec Natacha Valla et Eric Heyer

30 min
À retrouver dans l'émission

Si la pandémie a d’abord été présentée un choc exogène venant perturber ponctuellement les cycles et conjonctures économiques, elle ne peut plus être envisagée comme telle aujourd'hui. Les prévisions ont-elles encore une utilité en contexte d’incertitude radicale et de crise ?

Le ministre de l'économie allemand, Peter Altmaier, présente les projections économiques de l'Allemagne en avril 2021
Le ministre de l'économie allemand, Peter Altmaier, présente les projections économiques de l'Allemagne en avril 2021 Crédits : JOHN MACDOUGALL - AFP

Depuis un an et demi, les économistes s'attachent à intégrer dans leurs prévisions conjoncturelles le paramètre de l'"incertitude sanitaire", aussi déstabilisateur soit-il. Dans ce contexte d'incertitude, comment les prévisions économiques intègrent-elles cette variable endogène à leurs prévisions économiques ? Comment a-t-on intégré la variable « incertitude sanitaire » dans les modèles économiques ?

La pandémie a-t-elle révélé la faiblesse des modèles de prévisions économiques ? Plus que de prévoir un fait par définition imprévisible et incertain, - tel que les effets à long terme du covid sur l’économie - , la finalité des modèles de prévision n’est-elle pas plutôt d’orienter les politiques macro-économiques et d'encourager les pouvoirs publics à agir en ciblant des champs d’action précis ? 

Nous en discutons avec Eric Heyer, directeur du département Analyse et Prévision de l'OFCE et co-auteur de « Une autre voie est possible, Vers un modèle social écologique " (2018, Eds Flamarrion) et Natacha Valla, doyenne de l'École du management et de l'innovation à Sciences Po, ancienne directrice générale adjointe chargée de la politique monétaire à la Banque centrale européenne et auteure de Le futur de la monnaie avec Michel Aglietta (2021, Odile Jacob)

Changer de méthodes en temps de crise

Les instruments classiques des économistes peinent à inclure le choc du Covid-19 dans leurs modèles: ceux-ci sont construits à partir de données sur le passé, alors que la pandémie est inédite dans l'histoire récente. Eric Heyer explique comment opèrent normalement les économistes qui font des prévisions : 

On essaie de regarder sur le passé comment les agents économiques - entreprises et ménages - réagissent à des chocs de prix et on essaie de reproduire ça dans le futur. Eric Heyer

La reconstruction d'instruments pendant la crise était délicate en raison de la difficulté à tester ces nouveaux modèles, d'où une temporalité plus courte des prévisions, établies sur un trimestre. 

Étant donné la persistance de la crise sanitaire, les économistes s'interrogent sur la durabilité des changements de comportements: 

Si ce choc persiste, est-ce que ça ne va pas induire des changements structurels de comportements, des changements assez définitifs dans nos façons de nous comporter économiquement? Natacha Valla

L'incertitude environnante pourrait ainsi avoir des effets structurants sur le rapport au risque des prochaines générations. Une aversion accrue au risque mènerait les acteurs à troquer l'investissement contre l'épargne. 

La crise sanitaire a cependant aussi accéléré la révolution numérique. Elle peut servir de catalyseur au progrès social :

Si on arrive à créer de nouveaux modèles, à s'adapter à l'adversité, alors ça devient une force transformationnelle essentielle pour les économies et les sociétés. Natacha Valla

Retour de l'intervention publique

La pandémie a surtout sonné le retour d'un investissement public massif. Là où l'Etat a été incapable de fournir un filet de sécurité sociale, des effets de long terme se matérialisent déjà.

Certains pays ont très fortement souffert. Les exportateurs de matières premières ont très fortement souffert. Natacha Valla

Il y a eu des effets potentiellement persistants sur les résultats scolaires et sur les trajectoires individuelles. Natacha Valla

Quand viendra le désendettement public, celui-ci devra tenir compte de la relance gâchée de l'après-2008 en Europe :

Le passé nous renseigne sur la façon de nous désendetter. Si on va vers un désendettement public, il va falloir 1° attendre d'être revenus au niveau de PIB d'avant-crise, 2° agir de façon coordonnée, c'est-à-dire pas tous en même temps mais d'abord ceux sortant en premier de la crise, et 3° que la BCE nous aide pendant cette période. Eric Heyer

Chroniques
8H00
15 min
Journal de 8 h
Covid-19 : la quatrième vague se fait sentir dans les hôpitaux marseillais
Intervenants
  • Doyenne de l'École du management et de l'innovation à Sciences Po, ancienne directrice générale adjointe chargée de la politique monétaire à la Banque centrale européenne
  • économiste, directeur du département analyse et prévision à l'OFCE, enseignant à Sciences-Po, membre du Haut conseil aux finances publiques
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......