LE DIRECT
Des fidèles à la mosquée Annour à Mulhouse, au premier jour du Ramadan de l'année 2021.

Ramadan : traditions et liberté de conscience en temps de crise. Avec Kahina Bahloul et Souleymane Bachir Diagne

44 min
À retrouver dans l'émission

Alors que les fidèles musulmans vivent un deuxième Ramadan chamboulé par la pandémie, une actrice et un fin connaisseur de la pensée et de la réforme islamiques discutent de la manière dont une vision traditionaliste a figé la libre interprétation du message coranique et de son éthique universelle.

Des fidèles à la mosquée Annour à Mulhouse, au premier jour du Ramadan de l'année 2021.
Des fidèles à la mosquée Annour à Mulhouse, au premier jour du Ramadan de l'année 2021. Crédits : SEBASTIEN BOZON - AFP

Kahina Bahloul est islamologue et depuis peu, imame. Souleymane Bachir Diagne enseigne la philosophie et s'intéresse de près aux intellectuels musulmans.  

Pour elle, le poids de la tradition littéraliste et orthodoxe, l’inflation des lectures normatives, amputent l’islam de sa dimension mystique et bloquent l’accès des femmes au domaine religieux. Pour lui, les mêmes tendances freinent le développement d’une pensée islamique vivante et contextualisée.  

Tous deux toutefois, soulignent la richesse intellectuelle de nombreux courants islamiques à travers les époques, du philosophe Averroès et du mystique Ibn Arabi, aux penseurs contemporains Mohamed Iqbal, en passant par les réformateurs du XIXème siècle comme Mohammed Abdu. 

Le Ramadan entre jeûne et restriction sanitaire

La période du Ramadan a commencé le 13 avril dernier pour tout le monde musulman. Kahina Bahloul nous en rappelle sa signification : 

C'est un mois de jeûne qui nous invite à faire un travail spirituel sur nous-mêmes et à repenser les leçons de l’Islam, qui consistent à mettre en veille nos sens et nos besoins physiques pour écouter notre sensibilité spirituelle. Kahina Bahloul

Avec les restrictions sanitaires, la rupture du jeûne au coucher du soleil ne peut plus être célébrée collectivement. 

Ce ne sont plus les mêmes moments de recueillement collectif. Le recueillement individuel est un autre mode de fonctionnement qui peut aussi apporter ses bienfaits. Kahina Bahloul

La pratique des rituels ne doit pas mettre en danger la vie des croyants. Il est interdit de jeûner quand on est malade ou quand la vie peut être mise en danger par exemple. Kahina Bahloul

La religion ne s’exprime pas simplement dans des rituels ou des normes mais aussi et beaucoup plus dans une compréhension intérieure, un rapport au monde emprunt d’éthique et de valeurs humaines. Kahina Bahloul

Qu'est qu'un Islam des Lumières ? 

Apparue en France dans les années 1990, l'expression "Islam des Lumières" renvoie à une idée de l'Islam progressiste et moderniste, compatible avec les valeurs de la République.

Je n’ai rien contre l'expression "Islam des Lumières", mais elle risque de donner l’impression qu’on souhaite que l’Islam se moule dans les Lumières européennes. Pour moi, il s’agit de faire en sorte que la capacité des Lumières au sein de l’Islam apparaisse plus clairement pour les musulmans. L’Islam doit évoluer avec son propre principe du mouvement, sa propre soif de modernité. Il ne faut pas que l’Islam se moule à un modèle extérieur. Souleymane Bachir Diagne

Dès lors que l’Islam se reconnaît avec la promesse de lumière dont il est lui-même porteur, il devient un Islam de son temps. Il montre la vérité qui est que la parole coranique est une parole vivante, qui répond aux humains dans leur temps et leur espace. On ne peut pas lire le Coran comme un irakien du VIIIe siècle. Souleymane Bachir Diagne

Il faut se donner la permission de dépasser les scléroses d’hier. Il faut permettre à l’Islam de vivre pleinement et en totale harmonie avec son époque, que les jeunes générations puissent lire les textes avec les défis qui se présentent à eux aujourd’hui. Kahina Bahloul

Chroniques

8H00
16 min

Journal de 8 h

A un an de la Présidentielle, Emmanuel Macron choisit le terrain sécuritaire
8H15
4 min

Le Billet politique

L'irrésistible attractivité politique parisienne
Intervenants
  • philosophe, professeur de philosophie française et des questions philosophiques en Afrique dans les départements de philosophie et de Français à l’Université de Columbia, directeur de l’Institut d’Etudes africaines
  • Islamologue, première imame en France
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......