LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

Relever Paris : l’esthétique des villes au XXIème siècle. Avec Emmanuel Grégoire et Alexandre Gady

26 min
À retrouver dans l'émission

Le Paris Haussmannien a-t-il définitivement disparu ? Mais a-t-il réellement existé dans tous les quartiers de la capitale ? Qu’est-ce qui fait l’esthétique d’une ville ? 

.
. Crédits : Chris Hellier - Getty

Adieu les “assises champignon” et “bancs mikado” qui ont récemment peuplé la capitale, en faisant entorse à la tradition des bancs Davioud. Les bancs Davioud, ce sont ces assises vert bouteille. Ce sont eux qui ont inspiré à Georges Brassens la chanson Les Amoureux des bancs publics. Ces derniers temps, un nouveau mobilier urbain est apparu dans la ville, conspué par les uns et défendu avec ferveur par d’autres. Ce lundi, dans un point d’étape du « manifeste pour une nouvelle esthétique parisienne », initiative lancée en novembre 2020 par la mairie de Paris pour construire sa « nouvelle doctrine d'aménagement de l'espace public », la mairie a rétropédalé sur certains nouveaux aménagements.

Qu’est-ce qui fait l’identité d’une ville ? Qu’est-ce qui fait que Paris ressemble à Paris ? La ville lumière est-elle encore la plus belle ville du monde ?

Avec Emmanuel Grégoire, adjoint à la Maire de Paris en charge du budget, du financement et de la transformation des politiques publiques, et Alexandre Gady, historien de l'architecture et professeur à l'Université Paris-Sorbonne.

Prévoir l'avenir sans galvauder le passé

De pistes cyclables en nouveau mobilier, le réaménagement de la ville de Paris suscite des espoirs de transformation tout en concentrant les critiques en ligne notamment avec le hashtag #saccageparis. 

Dans #saccageparis, il y a un regard très vif porté sur le laid et on en oublie tout ce qui est beau à côté. Emmanuel Grégoire

À l'issue du confinement, des mesures d'urgence ont ainsi été mises en place pour faire plus de place aux cyclistes. Des mesures provisoires qui devraient être remplacées pour respecter le patrimoine présent dans l'espace public selon Alexandre Gady.

Ce patrimoine, il nous oblige un peu. C'est vrai que l'héritage parisien est très fort, y compris dans l'espace public. À Paris, il y a eu une politique extraordinairement forte qui s'est mise en place assez tôt. On en trouve des prémices sous la monarchie, mais beaucoup, bien sûr, au XIXème siècle et sous Napoléon III. Alexandre Gady 

On a vraiment l'impression que ce sont des ingénieurs plus que des architectes et encore moins des poètes qui sont à la manœuvre. On aimerait qu'il y ait un peu plus de créativité. Alexandre Gady

Un plateau démographique atteint

Depuis le pic démographique de 2013, le nombre d'habitants à Paris baisse légèrement. Ce phénomène, produit par une baisse du taux de natalité et une diminution du stock de logements disponibles, a été accéléré par la crise sanitaire. Moins qu'un exode donc, une baisse momentanée qui n'est pas signe d'un désamour pour les villes, selon Emmanuel Grégoire.

Déjà au Moyen-Âge, on se plaignait qu'il n'y avait pas de place à Paris et qu'on ne trouvait pas de terrains à bâtir. Cette difficulté là n'a pas cessé d'accompagner toute l'histoire de la ville. Alexandre Gady

Tandis que Rome, Londres ou New York ont raisonné en termes d'étalement, Paris a toujours été pensé par les élites comme l'hypercentre. Ainsi, l'haussmannisation de Paris était un retour au centre pour Alexandre Gady. Pour Emmanuel Grégoire néanmoins, la transformation urbaine à venir ne doit pas densifier davantage Paris.

Ce que j'explique dans le cadre de la révision du plan local d'urbanisme que nous menons, c'est qu'on passe d'un urbanisme de production à un urbanisme de transformation. Emmanuel Grégoire

Quant au stock de logements, sa diminution est préoccupante selon Emmanuel Grégoire. Favorisée par l'inflation des prix de l'immobilier, elle serait accentuée par l'augmentation des résidences secondaires et des meublés touristiques dans Paris.

Ce qui est sûr, c'est qu'une économie entièrement tournée vers le tourisme, ça ne fonctionne pas. On vient de le voir avec la crise, puisque la source s'est tarie d'un coup. Alexandre Gady

Ce qu'il faut aujourd'hui, c'est vraiment construire le moins possible parce que cette ville a besoin d'air. On a besoin d'arbres, on a besoin de vrais arbres, pas des arbres sur les toitures. Alexandre Gady

Chroniques
8H00
15 min
Journal de 8 h
Haïti : la menace du chaos après l'assassinat du président Jovenel Moïse
8H16
5 min
Le Billet politique
L'infaisable réforme des retraites
Intervenants
  • adjoint à la Maire de Paris en charge du budget, du financement et de la transformation des politiques publiques.
  • historien de l'architecture française, spécialiste de l'architecture de l'époque moderne, membre du Centre André-Chastel 1, professeur à l'Université Paris-Sorbonne.
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......