LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
A Calais, entre politique sécuritaire et crise humanitaire

Traversées de la Manche et migrations : l’impasse des politiques d’asile avec Virginie Guiraudon et François Gémenne

29 min
À retrouver dans l'émission

Depuis 20 ans, Calais et ses alentours sont confrontés à une éternelle "crise" migratoire. Alors que les volontés politiques se retrouvent autour de l'idée de "fermer les routes migratoires" et "rendre la Manche impraticable", que pourrait être aujourd'hui une véritable politique migratoire ?

A Calais, entre politique sécuritaire et crise humanitaire
A Calais, entre politique sécuritaire et crise humanitaire Crédits : BERNARD BARRON - AFP

Lors d'une visite à Calais le week-end dernier, le ministre de l'Intérieur Gérard Darmanin a salué l'accord trouvé mardi avec les Britanniques "pour appuyer la France dans son action d'équipement et de lutte contre l'immigration irrégulière". Les Britanniques s'engagent à un investissement financier de 62,7 millions d'euros en 2021-2022. Le ministre de l'Intérieur a alors promis de "renforcer la présence des forces de l'ordre" le long des côtes du Nord de la France. 

Confronté à une hausse des traversées en cette période estivale, le ministre de l'Intérieur a affirmé avoir demandé à l'agence européenne de surveillance des frontières Frontex, de "s'occuper du nord de l'Europe". 

Alors que la période estivale est propice à l'augmentation des traversées en direction du Royaume-Uni, Calais est une fois encore le théâtre d'une perpétuelle crise migratoire. Mais peut-on encore parler de "crise" alors que la situation dure depuis 20 ans ? 

Alors qu'en 2016 la "Jungle de Calais" était démantelée du fait de la mise en place par les pouvoirs publics d'une politique du "zéro point de fixation" visant à disperser les migrants, en quoi la politique des frontières mise en place dans l'Union européenne signe-t-elle l'échec des politiques migratoires ? Pour en discuter avec nous, François Gémenne, chercheur en sciences politiques à l'université de Liège et Sciences Po, et Virginie Guiraudon, spécialiste des questions migratoires européennes à Sciences Po.   

Yann Manzi de l'ONG Utopia 56 apporte également ses éclairages sur la situation humanitaire à Calais.

Tensions à Calais

Selon Yann Manzi, fondateur d'Utopia 56, les 2.000 migrants en campement entre Calais et Grande-Synthe font face à une intensification des contrôles et de la répression policière.      

Que ce soit sur les populations exilées ou sur les aidants, on voit depuis le démantèlement de la jungle de Calais une véritable organisation de harcèlement permanent, avec plus de 1.000 démantèlements en 2020, c'est-à-dire un démantèlement pratiquement tous les deux jours, où on va confisquer les tentes des exilés et restreindre les distributions alimentaires. Yann Manzi

Ce qu'on vit, c'est vraiment le harcèlement des populations, avec quelque chose d'assez inhumain, l'impossibilité pour eux de dormir, d'accéder aux besoins de première nécessité, et la verbalisation des associatifs et des bénévoles. Yann Manzi

Politiques migratoires répressives

Pour François Gémenne, l'intensification des contrôles dans le tunnel de la Manche et l'annonce par le Home Office britannique d'une nouvelle politique d'asile et d'immigration ont contribué à ce que les migrants choisissent actuellement la voie maritime pour atteindre le Royaume-Uni.

Il faut bien se dire qu'il restera des migrants à Calais qui attendront de passer vers l'Angleterre tant qu'elle restera une destination attractive pour les migrants, et tant que Calais restera située à une trentaine de kilomètres des côtes anglaises. François Gémenne

L'Angleterre se comporte avec la France comme l'Union européenne se comporte avec la Turquie ou avec la Libye, c'est-à-dire qu'on va payer d'autres pays pour faire le boulot à notre place. François Gémenne

L'objectif du gouvernement, c'est de faire croire que le problème est réglé, de l'invisibiliser en oubliant nos valeurs européennes et les droits de l'homme. Yann Manzi

En juillet, Gérald Darmanin a fait appel à Frontex pour gérer le littoral Nord Pas-de-Calais, un recours étrange selon Virginie Guiraudon :

L'essentiel des moyens de l'agence Frontex, créée en 2004, c'est de surveiller les frontières extérieures, par des moyens militaires essentiellement, mais au sud ou à l'est de l'Europe, c'est-à-dire pour empêcher des personnes d'arriver sur le sol européen, non pas de quitter l'espace Schengen ou de quitter le sol européen. Virginie Guidaudon

Chroniques
8H00
15 min
Journal de 8 h
Les talibans s'emparent d'une neuvième capitale provinciale en Afghanistan
Intervenants
  • Spécialiste de la gouvernance du climat et des migrations, directeur de l’Observatoire Hugo à l’université de Liège, enseignant à Sciences-Po et à la Sorbonne
  • directrice de recherche au CNRS, en poste au centre d'études Européennes à Sciences Po Paris
  • Fondateur et directeur bénévole d’Utopia 56 depuis 2016
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......