LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Ouistreham / Lingui, les liens sacrés

Les Matins au Festival de Cannes : Une toile entre le réel et la fiction. Avec Emmanuel Carrère et Mahamat-Saleh Haroun

17 min
À retrouver dans l'émission

Deux films inspirés du réel, créations aux carrefours des genres. Mahamat-Saleh Haroun et Emmanuel Carrère témoignent de leurs pays, des "héroïnes du quotidien" et de leur calvaire.

Ouistreham / Lingui, les liens sacrés
Ouistreham / Lingui, les liens sacrés Crédits : © Christine Tamalet / © Pili Films, Mathieu Giombini

Dans le sillage du néo-réalisme italien, le cinéma du réel s’attache à dépeindre des destins contrariés, composés d’un quotidien âpre. En filmant la vie de travailleuses déshéritées pendant la crise, Emmanuel Carrère adapte pour le cinéma l’enquête publiée par Florence Aubenas sous forme de récit. Présenté en ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, Ouistreham est son troisième film. 

Mahamat-Saleh Haroun est en compétition officielle avec le film Lingui, les liens sacrés. Habitué de Cannes et chroniqueur engagé du Tchad, le réalisateur livre un film sur la course aux obstacles d’une mère et de sa fille lorsque cette dernière tombe enceinte contre son gré. Lingui est un film sur le combat de deux femmes pour leur indépendance, à l’encontre des mœurs et de la loi. 

Rendre visible les invisibles

Avec Ouistreham et Lingui, les deux réalisateurs Emmanuel Carrère et Mahamat-Saleh Haroun s'éloignent de leurs sujets de prédilection pour se plonger dans le quotidien de femmes marginalisées autant dans la réalité que dans le cinéma. Ces deux films portent donc un regard nouveau sur la condition de femmes qui se battent pour une place dans un monde masculin.

Je vois de plus en plus de faits divers dans les journaux, avant on n'en parlait pas, il y a une dizaine d'années. Des nouveaux nés abandonnés, étouffés… J'ai commencé à en parler avec mon frère, qui est médecin à N'Djamena, dans un hôpital, et là j'ai découvert la catastrophe, en questionnant des femmes. Et ce qui était bouleversant, en questionnant certaines femmes, c'est de se dire, je ne savais pas ça, qu'elles avaient vécu tout ça. Mahamat-Saleh Haroun 

C'est comme un livre, en fait. En tournant la page, je tombe sur l'étape suivante, c'est les femmes et c'est comment elles se débrouillent. En fait, elles sont sous cloche, les hommes sont au-dessus. Mahamat Saleh-Haroun 

Dans Ouistreham, des femmes de milieux défavorisés font le ménage dans des conditions pénibles sur un ferry. L'histoire de ces héroïnes du quotidien a d'abord été racontée par Florence Aubenas dans un livre de journalisme d'immersion.

C'est très difficile aussi de faire un film là-dessus, parce que tout le monde se rappelle le livre, tout le monde a été marqué par le livre, donc on vous attend au tournant. Emmanuel Carrère

On a essayé d'être justes dans cette description d'un travail, d'une condition qui est aussi celle de gens qui n'ont pas ce qu'on appelait autrefois des vrais métiers, avec un salaire, avec la sécurité sociale, avec des congés payés. Toute sorte de choses qui ont beaucoup disparu. Emmanuel Carrère

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......