LE DIRECT
Le vaccin anti-Covid 19 réservé au personnel d'un l'hôpital de Chicago, Illinois aux Etats-Unis le 18 décembre 2020

Vaccins anti-Covid : de la propriété privée au bien public, avec Pierre-Yves Geoffard, Marie-Paule Kieny et Olivier Maguet

45 min
À retrouver dans l'émission

Après le vaccin Pfizer-BioNTech c’est au tour de Moderna d’être autorisé par l’Agence américaine des médicaments. Pierre-Yves Geoffard, Marie-Paule Kieny et Olivier Maguet sont les invités des Matins.

Le vaccin anti-Covid 19 réservé au personnel d'un l'hôpital de Chicago, Illinois aux Etats-Unis le 18 décembre 2020
Le vaccin anti-Covid 19 réservé au personnel d'un l'hôpital de Chicago, Illinois aux Etats-Unis le 18 décembre 2020 Crédits : Scott OLSON - Getty

Les campagnes de vaccination anti-Covid sont lancées. Mike Pence vendredi dernier, Joe Biden ce lundi 21 décembre 2020… depuis une semaine ça se bouscule outre-Atlantique pour obtenir la fameuse injection. Après Pfizer-BioNTech, c’est au tour du vaccin Moderna d’être autorisé par l’Agence américaine des médicaments.

Alors comment ont été financés ces vaccins ? Quelles sont les stratégies déployées par les Etats pour y accéder ? Y’en aura-t-il pour tout le monde, y compris les pays à faibles moyens ? 

Pour en parler, Les Matins de France Culture reçoivent Pierre-Yves Geoffard, professeur à l’Ecole d’Economie de Paris, spécialiste des questions de santé, auteur notamment de l’article "Covid-19: accélérer le développement du vaccin" publié dans la revue en ligne voxeu et Marie-Paule Kieny, vaccinologue, directrice de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), présidente du comité scientifique Vaccin Covid-19. Ils seront rejoints en deuxième partie d'émission par Olivier Maguet, responsable de la mission prix du médicament à Médecins du Monde, auteur de La santé hors de prix : l'affaire Sovaldi, paru il y a 3 semaines aux éditions Raisons d’agir.

Le variant de la Covid, un frein à l'efficacité du vaccin ? 

" Il y a eu beaucoup d’excitation à propos du variant qui a infecté le vison, maintenant nous avons un autre variant provenant de Grande-Bretagne. Ce virus mute tout le temps. Il y a déjà 200 000 génomes répertoriés et ça va continuer. Certains variants amènent à plus d’inquiétude car ils conduisent à des mutations plus profondes. Le variant britannique en est le cas. Pour ce  qui est de la question de l’échappement de ce virus au vaccin actuel, il  semblerait que ça ne soit pas le cas mais il faudra attendre d’avoir davantage de données pour pouvoir se prononcer définitivement." Marie-Paule Kieny

Le vaccin ARN messager est un vaccin plus adaptable à une mutation, à un changement ou à toute variation annuelle. Mais il faut penser qu’une adaptation va prendre plusieurs mois car il faut développer un prototype. Marie-Paule Kieny

Le prix du vaccin, source de controverses 

Les prix qui circulent ne sont pour l’instant pas très élevés. Mais il ne faut pas forcément penser au prix du médicament en fonction du coût de production, ce qui compte vraiment c’est de savoir si le prix est en relation avec la valeur sociale du médicament. La vraie question est de rémunérer les produits en fonction de la valeur thérapeutique et sociale. La valeur sociale du vaccin est colossale, c’est ce vaccin qui va nous permettre d’échapper à cette période infernale de confinement, déconfinement, relâchement. Pierre-Yves Geoffard

" La transparence est quelque chose qui est réclamée de plus en plus, notamment la transparence des prix et des coûts de recherche et de développement. Il y a une valeur sociétale mais il doit y avoir des valeurs réelles qui rentrent dans le prix du médicament. Le développement, les essais cliniques, le coût de la mise à l’échelle coûtent chers. Il faut savoir que la recherche a été majoritairement financé par les secteurs publics et explique que le prix du vaccin reste raisonnable." Marie-Paule Kieny

" Les vaccins au sein de l’industrie pharmaceutique sont extrêmement marginales en termes de volume de ventes. Pour beaucoup de laboratoires pharmaceutiques ce n’est pas un investissement stratégique. Les vaccins ont une économie plus compliquée à comprendre que celle des médicaments traditionnels." Pierre-Yves Geoffard

Économie pharmaceutique et succès de la recherche 

Le problème des prix des médicaments ne traduit plus de nos jours les efforts de recherche ni du processus industriel auquel sont associés les laboratoires pharmaceutiques. Nous sommes aujourd’hui dans une financiarisation de l’économie du médicament. Les prix traduisent la nécessité de réaliser rapidement des retombées économiques qui vont permettre d’acheter ensuite des brevets. Olivier Maguet

" Le système des brevets est extrêmement pervers. C’est un système qui permet de privatiser un bien public. Il va permettre à celui qui a produit le bien public d’en extraire des rentes et des profits de monopole. Et c’est toute l’ambiguïté du marché pharmaceutique. Si on a des médicaments génériques alors on s’appuie sur la concurrence et le prix du produit s’approchera du prix de coût de production. C’est très bien pour les consommateurs et ça permet d’avoir davantage de fournisseurs."  Pierre-Yves Geoffard

" On va trop vite. Nous n’avons pas suffisamment de recul sur les effets secondaires. Un médicament et un vaccin, il faut du temps pour les  produire. Aujourd’hui dans le débat public, nous n’avons plus ce recul-là  Il y a une pression émotionnelle et sociale qui empêche de prendre le temps. Quant au brevet, je pense que le système actuel est contre  productif pour la recherche médicale et scientifique. Nous avons aujourd’hui une recherche écrasée car la bataille est d’obtenir cette information protégée par le brevet. Nous avons une tendance des États à accorder des brevets à des choses qui ne le méritent pas. La difficulté est ici, sur des États qui sont censés réguler le marché et qui ne le font plus." Olivier Maguet

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Chroniques

8H00
16 min

Journal de 8 h

De nombreux pays européens suspendent leurs liaisons avec la Grande-Bretagne
8H15
4 min

Le Billet politique

Italie : comment Giuseppe Conte s'est imposé face au Covid-19
Intervenants
  • Économiste, professeur à l’Ecole d’économie de Paris, directeur de recherches au CNRS, professeur à l’EHESS, membre du Cercle des économistes
  • Vaccinologue, directrice de recherche à l’INSERM et présidente du comité vaccin Covid-19
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......