LE DIRECT
Le compositeur et chef d'orchestre Vladimir Cosma pose à Paris le 19 mai 2016.

Vladimir Cosma est l'invité des Matins d'été

14 min

Compositeur des bandes originales de films les plus populaires, Vladimir Cosma est l’invité des Matins d’été à l’occasion du festival 1001 notes en Limousin dont il fera l’ouverture le 24 juillet prochain.

Le compositeur et chef d'orchestre Vladimir Cosma pose à Paris le 19 mai 2016.
Le compositeur et chef d'orchestre Vladimir Cosma pose à Paris le 19 mai 2016. Crédits : JOEL SAGET - AFP

L’occasion de revenir sur la carrière dense du musicien roumain, dont le père francophile l'a très tôt encouragé à poursuivre son art à Paris. Formé par Nadia Boulanger, mais aussi Michel Legrand, il écrit sa première bande originale pour Yves Robert et Alexandre le Bienheureux. De là, commence une longue et belle carrière dans le cinéma, à rythmer les scènes les plus cultes et les personnages les plus emblématiques, de Pierre Richard dans Le Grand Blond avec une Chaussure Noire, à Louis de Funès dans Rabbi Jacob en passant par Jean-Paul Belmondo dans L’As des As

Vladimir Cosma, ce n’est pas que le cinéma, mais aussi l’opéra et l’orchestre. Il a par exemple adapté la trilogie marseillaise de Pagnol, un Marius et Fanny avec Roberto Alagna et Angela Gheorghiu dans les rôles titres. 

Aujourd’hui le compositeur continue ses tournées, le Limousin cette semaine mais aussi le Grand Rex les 15, 16 & 17 octobre 2021 à Paris.

Le retour du public

Le festival 1001 notes en Limousin marque le retour sur scène de Vladimir Cosma, qui se réjouit avant tout de rencontrer à nouveau son public. 

La scène représente quelque chose de surprenant et d'imprévu. Je suis compositeur à l’origine et j’ai découvert la scène grâce au public qui voulait me voir diriger les musiciens. J’y ai pris goût car c’est un exercice extraordinaire de rencontrer le public qui avant n'était qu'une abstraction à travers les feuillets de la SACEM. 

Rencontrer le public, c'est aussi comprendre pourquoi ses compositions sont si populaires.

Je suis très surpris de la réaction des gens. La plupart du temps ils me parlent de ce qu’ils ressentent et souvent il s’agit de choses auxquelles je ne pensais pas au moment où j’écrivais. Ça me fait plaisir de les entendre, c’est une forme de création par le public lui-même. À travers la musique on peut imaginer beaucoup de choses, la même musique peut illustrer différentes images, différentes actions et susciter différentes émotions. 

Une musique intemporelle 

Pour expliquer la grande popularité de ses compositions, Vladimir Cosma raconte garder la même inspiration qu'à ses débuts. 

La musique doit être intemporelle, je n’écris pas une musique moderne, actuelle et qui deviendra du passé. J’ai l’ambition de penser que mes musiques sont un peu classiques, qu’elles reflètent notre époque et celle d’il y a cinquante ans. La preuve c’est qu’elles sont toujours jouées et le public peut les ressentir autrement. 

Une ambition qui fonctionne puisqu'encore aujourd'hui ses musiques sont un succès commercial. 

Je faisais parfois jusqu’à vingt bandes originales par an. Je ne sais pas où je vais chercher l’inspiration. Je suis en train de faire des coffrets de mes musiques avec dans chacun cinquante à soixante bandes originales de films et il y en aura deux autres. Je n’ai fait que ça, écrire de la musique. 

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......