LE DIRECT

accastillage

5 min
À retrouver dans l'émission

"Les Belles Lettres du Professeur Rollin.com" vient de paraître chez PLON. "Les Grands Mots du Professeur Rollin" est désormais disponible en poche chez POINTS. Mes amis, L'été approche. Ce n'est pas exactement pour demain, mais reconnaissez que nous n'avons jamais été aussi près de l'été prochain que maintenant. Et en cette période estivale, beaucoup d'entre vous seront amenés à côtoyer la mer, et surtout les bateaux, et particulièrement les bateaux à voiles. Or il y a, sur les voiliers, tant de termes techniques spécialisés que le risque est grand pour le visiteur non averti de passer pour un béotien, si ce n'est pour un plouc. Mon intervention d'aujourd'hui a pour objectif d'obvier à ce risque douloureux, en rappelant quelques uns des mots savants qui peuplent les glossaires de marins. A commencer par l'accastillage, qui est l'ensemble des équipements placés sur le pont d'un navire. Approchez vous du bateau, et exclamez vous : quel bel accastillage ! Ce premier compliment vous servira de passeport pour monter à bord. Arrivé là, rendez-vous du côté des cordages, où vous pourrez, un peu au hasard, vous écrier : « oh la belle écoute », « oh la belle cargue » (qui est le cordage servant à retrousser une voile contre sa vergue), « oh la belle aussière » (ça c'est le gros cordage qui sert à remorquer ou à amarrer un navire), ou encore « oh la belle drisse » (ce cordage-là sert à hisser les voiles). Dans le même secteur, vous direz tout le bien que vous pensez du cabestan, ce treuil vertical qui sert à remonter l'ancre (naturellement, si le cabestan est horizontal, il s'agit d'un guindeau, ne faites pas l'erreur !), et vous encenserez le chaumard, cette ferrure fixée sur le pont servant de guidage et de renvoi aux amarres. Attention : la chaîne du mouillage ne passe généralement pas dans un chaumard, mais dans un davier ou dans des écubiers. Oh le beau davier, oh les beaux écubiers ! Avisant ensuite n'importe quelle longue pièce de bois effilée utilisée comme mât, comme vergue, ou comme bôme, vous vous exclamerez : quel bel espar ! Et si cet espar tend diagonalement une voile aurique, vous aurez le choix de hurler indifféremment : « oh la belle livarde », ou « oh le beau balestron ». Puisqu'on parle tension, vous complimenterez le propriétaire sur ses bastaques, qui sont des haubans de tension réglable, et sur l'ensemble de ses manilles, ces petites pièces métalliques, généralement en forme de U, fermées par un manillon et servant à réunir de façon souple les cordages, chaînes, poulies, et autres galoches, ces poulies dont on a coupé une joue pour des raisons techniques très ennuyeuses. Faites alors une pause musicale pour donner à votre mémoire le temps de se rassembler... Santiano, de 0,29 à 1,00 Merci Hugues, mais la visite se poursuit. Admirez maintenant les garcettes, ces petits bouts de cordage souples utilisés notamment pour les bandes de ris, puis les cadènes et les ridoirs : ce sont des pièces liées aux haubans, ne cherchez pas à en savoir davantage. Déplacez vous à présent jusqu'au gouvernail, où vous adorerez le safran, qui est la partie immergée du gouvernail, et surtout l'aiguillot et le fémelot, parties respectivement mâle et femelle de la ferrure du gouvernail, formant à elles deux une sorte de gond permettant la rotation du safran par rapport à l'étambot. Qu'il est beau, votre étambot ! Votre visite est presque terminée, et vous suscitez l'admiration de tout l'équipage ahuri. Mentionnez encore la belle jaumière, conduit vertical traversant l'arrière de la coque pour le passage de la mèche du gouvernail, et les beaux dalots, orifices ménagés dans le pavois permettant l'évacuation de l'eau. Demandez enfin à votre compagne de célébrer les enfléchures... - ... oui, ce sont les échelons de cordage tendus entre le pont et la mâture permettant de monter dans le gréement... Quelles charmantes enfléchures !! - ... l'admirable organeau - ... c'est l'anneau qui relie l'ancre à la chaîne de mouillage... oh le bel organeau ! - .. et terminez, vers l'avant du navire, par le splendide bossoir de capon... - ... c'est la pièce de bois en saillie servant à la manoeuvre de l'ancre. Quel magnifique bossoir de capon ! Mes amis, nous n'avons pas parlé des bollards. C'est que les bollards sont sur le quai, ce sont les bittes d'amarrage, généralement en métal, munies à leur sommet d'un renflement tourné vers la terre pour empêcher les amarres de décapeler. Ce sera donc pour la prochaine fois.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......