LE DIRECT

chienlit

5 min
À retrouver dans l'émission

Mes amis, En ce jour de célébration des évènements de mai 68, - notez bien attentivement, au passage, qu'il s'agit de mai 19-68. Non pas que le mois de mai 18-68, par exemple, ait été de tout repos, puisque c'est précisément en ce mois de mai 1868 que le journaliste Henri Rochefort écrivit, dans le journal « La Lanterne », la phrase qui devait le rendre célèbre : « La France a trente-six millions de sujets, sans compter les sujets de mécontentement ». Il y avait donc déjà du grabuge à l'époque. Mais c'est le grabuge de 19-68 que nous célébrons, et à ce titre, nous allons redonner vie à un mot terrible qui fit florès à l'époque : la chienlit. Qui n'est pas très éloignée du grabuge, cité plus haut, et défini par Robert comme une « dispute, une querelle bruyante », et surtout comme « le désordre qui en résulte ». En ce sens, il est permis, sans insulter personne, de dire qu'en réponse à la frilosité réactionnaire d'une bourgeoisie rigide, les acteurs de mai 68, et surtout les acteurs anonymes, inventèrent et installèrent une forme de joyeux grabuge, un grabuge bientôt généralisé... qu'un autre acteur du moment, moins anonyme celui-là, qualifia de « chienlit ». C'était le Général de Gaulle, comme on le sait, que l'on n'entendit pas prononcer le mot, mais qui le fit porter, si ma mémoire est bonne, par son ministre de l'information, le défunt Georges Gorse, homme intelligent et profondément cultivé que j'ai eu personnellement, soit dit entre parenthèses, le plaisir de fréquenter, ... or donc, interrogé par les journalistes, dans la cour de l'Elysée, sur la réaction du Sauveur de la France aux évènements qui se précipitaient, Georges Gorse rapporta en ces termes historiques la réaction du Grand Patron : « La réforme, oui, la chienlit, non ! ». Le mot « chienlit » désignait initialement un costume traditionnel du Carnaval de Paris, costume qui se résumait à une chemise de nuit au postérieur barbouillé de moutarde. On regardait défiler un chienlit, ou une chienlit, et on rigolait, puisque le Carnaval est fait pour ça. L'étymologie du mot n'est pas mystérieuse, il suffit de décomposer le mot : « chie-en-lit». On ne s'étendra pas. Par la suite, « chienlit » devient synonyme de désordre, de pagaille, et c'est dans cette acception que De Gaulle affirma lui préférer la réforme, ce qui ne semble pas, en termes de positionnement politique, excessivement délirant. Ecoutons un air célèbre de mai 68, lourdement politisé, communisé, marxisé, et radicalisé... le Chant des Jeunes Gardes, de Saint Gilles et Montehus. La jeune garde, de 0,37 à 1,14 Merci Messieurs. Cette Jeune Garde ne prône, certes, ni l'incontrôlable chienlit, ni la lénitive réforme, mais est-elle pour autant la clé du problème ? Avec le recul, il est permis d'en douter. Bref... - Simone, ma bonne Simone... ? - C'est à quel sujet ? - C'est au sujet de la chienlit. Le mot évoque-t-il quelque chose pour toi ? - A l'occasion, oui. Il évoque diverses formes de désordre... - ... plus précisément ?... - La gamme est étendue. Je serais tentée de citer l'effervescence, le brouillamini, le cafouillage, la gabegie, l'agitation, la fièvre, le bordel, la pétaudière, le gâchis, la merde, la précipitation, le tintamarre, le remue-ménage, la bagarre, le souk, le bazar, le tumulte, le binz, le bouleversement, l'émeute, la bousculade, le chahut, le merdier, le chambard, le foutoir, le chaos, la pagaille, l'anarchie, la cohue, la panique, la confusion, la débandade, le laisser-aller, la révolte, l'embrasement, le cataclysme, le boucan, le capharnaüm, le tapage, le tohu-bohu, le fouillis, le trouble, le bastringue, le chantier ... - OK. Et mai 68, dans tout ça ? - Eh bien... tu mets dans un chapeau les 44 mots que je viens de te citer, tu secoues énergiquement, et tu obtiens une honnête approximation du phénomène... - Comment te remercier, Simone ? - Comment me remercier ? Mais tout simplement en recréant les conditions d'un sursaut similaire... - Je vais voir ce que je peux faire... Mes amis, je me penche dès à présent sur l'adjectif « séditieux ». A tout à l'heure...

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......