LE DIRECT

Ecistagsit : Appert

5 min
À retrouver dans l'émission

  • Simone, n'as-tu pas souvent entendu dire que « l'air marin, ça conserve » ? - Souvent, non. J'ai entendu dire ça trois fois dans ma vie. La première fois, c'était le 14 Septembre 1988, à Douarnenez, dans le Finistère. Vers 19h15, si j'ai bonne mémoire... C'était un vieux loup de mer qui avait forcé sur le chouchen, et qui s'est exclamé à la cantonade : « L'air marin, ça conserve ! ». - Et la deuxième fois ? - La deuxième fois, c'était 3 minutes plus tard, par le même loup de mer, en encore un peu plus bourré. - J'imagine qu'il a répété ça 2 minutes après, et ce fut la troisième fois ? - Non, la troisième fois, c'est toi, à l'instant. - J'aurais dû m'en douter... Maintenant, tiens toi bien, parce que la phrase que tu vas entendre, tu ne l'as encore jamais entendue ! - Je t'écoute (de grand-voile)... Non, pardon, excuse-moi, je t'écoute ! - La conserve, ça conserve ! - Ah bon... Et qu'est-ce qui te fait dire ça ? - Le fait que Nicolas Appert, inventeur français de la conserve, est mort à l'âge de 91 ans. - Et qu'est ce qui te fait dire ça ? - Le fait qu'étant né en 1749 à Châlons-en-Champagne, il est mort en 1841 à Massy. - Ca tient la route... - En revanche, la conserve ne conserve pas forcément son homme en parfait état, puisque Appert est mort ruiné, et qu'il a été jeté à la fosse commune, tout ça à cause de la concurrence sauvage de ces salauds d'anglais, une fois de plus ! - Allez, ne remuons pas les vieilles querelles... Et dis-moi : il venait d'une famille d'inventeurs, Nicolas ? - Non, il était le neuvième enfant d'un couple d'aubergistes de Chalons. Il s'est donc probablement senti concerné très jeune par le problème de la conserve. - Et à quel âge a-t-il fait sa fameuse trouvaille ? - A l'âge de 46 ans, en 1795. C'est cette année-là, 60 ans avant Louis Pasteur et la pasteurisation, qu'Appert met au point l'appertisation, le procédé qui rend possible la mise en conserve des aliments, en les stérilisant par la chaleur dans des contenants hermétiques. - Dans des boîtes en fer blanc... - Au début, non. Au début, Appert fait ses conserves dans des bouteilles en verre, puis des bocaux en verre. Ce sont les Anglais qui ont eu l'idée du fer blanc. Salauds d'anglais ! - Ah, je t'en prie, arrête d'insulter les anglais. J'aime beaucoup les anglais. Lorsque j'avais dix-neuf ans, j'ai été initiée aux joies de l'amour par un anglais. Un jeune loup de mer, un beau gaillard de Douvres, que l'air marin n'avait pas encore eu l'occasion de conserver, tant il était intact dans sa pétulante jeunesse. - Tu as donc eu un rapport charnel avec un type dont les ancêtres ont ruiné Appert ? Et brûlé Jeanne d'Arc !! - Oh lala ! Prends le un ton en dessous, je te prie ! Tu n'as pas toujours été irréprochable dans tes fréquentations. Si ma mémoire est bonne, et j'ai prouvé tout à l'heure qu'elle l'était, tu as vécu autrefois une idylle avec une certaine Virginie, qui descendait directement des Polonais qui ont maltraité Maria Sklodowska, la future Marie Curie. - Mais je n'étais pas au courant de cette histoire ! Qui a fait quoi, précisément? - Je ne sais plus exactement, je ne conserve pas tout ! Je crois qu'il s'agissait d'un couple d'aubergistes de Poznan, qui ont refusé un verre d'eau à la jeune Maria en 1876. - Ah, mais je n'étais pas au courant de cette histoire !! Si j'avais su, tu penses bien ! - Tu vois... on parle négligemment conserves, et on se rend compte qu'on a tous des casseroles... - Et alors ? - Et alors... qu'on n'a même pas mentionné l'inventeur de la casserole. - C'est le chinois Yi Dun, vers 450 avant Jésus-Christ. C'est lui qui a inventé la casserole. Voilà, comme ça, au moins, on a les mains propres... - Et la tête haute !
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......