LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Ecistagsit : Paillasson

5 min
À retrouver dans l'émission

  • Simone, j'ai un cas de conscience. Je ressens au plus profond de moi-même le besoin de célébrer l'inventeur du paillasson, et... je ne sais pas qui c'est. - Le paillasson ? Tu veux dire... ce tapis de paille tressée, souvent fabriqué de nos jours en tissu ou en matières plastiques, que l'on place devant la porte d'entrée des maisons, afin que les personnes y pénétrant puissent s'essuyer les chaussures. Je dis bien les chaussures, parce que souvent on dit « Essuyez-vous les pieds », mais en réalité il s'agit d'essuyer ses chaussures. Bref, le paillasson... - Ouais. Le paillasson. Celui qu'on appelle parfois tapis-brosse. Mais que personnellement je m'entête à appeler paillasson. Eh bien voilà mon drame : je ne connais pas l'inventeur du paillasson. - Ca ne pourrait pas être Georges Paillasson ? Ou... Jean-Luc Paillasson ? Benoît Paillasson ? Etienne Paillasson ? Bertrand Paillasson ? - Je crains que non. On sent bien que c'est de la paille que vient le nom du paillasson, et non pas du nom de son inventeur. - Alors peut-être Jean-Marie Son ? Hubert Son ? Raymond Son ? Didier Son ? Qui auraient eu l'idée de la paille, et on aurait parlé tout naturellement de paille-à-Son ? Non ? - Je n'y crois pas. Je crois que le paillasson s'appelle paillasson parce qu'il était fabriqué avec de la paille... voilà... et que l'histoire, avec un grand H, a carrément zappé l'identité de l'inventeur. Que j'imagine pourtant comme un assez chic type... un aubergiste des Charentes, par exemple, prénommé Gustave... qui se désole de voir ses clients tout crottés salir le sol de sa belle salle à manger aux poutres apparentes... il imagine d'abord de demander aux clients d'enlever leurs chaussures à l'entrée, mais ça pose des tas de problèmes... et un Mardi soir, il est en train d'affiner ses fromages sur un lit de paille, et BOUM, l'idée lui vient d'un coup, fabriquer un tapis en paille pour que les clients essuient leurs chaussures avant d'enter dans son auberge pour y déguster les fromages qu'il a patiemment affinés. - Bon, ben... on a quand même avancé d'un cran... on sait maintenant que l'inventeur se prénommait Gustave. - Oui. Mais Gustave Comment ? Un nom typique des Charentes, fatalement... Arnaud, probablement. C'est un patronyme typique des Charentes, Arnaud... Gustave Arnaud, inventeur du paillasson. - En quelle année ? - Ah ! On sait déjà que c'était un mardi... - Oui, mais des mardis, il y en a tous les ans, et même plusieurs par an, je crois bien... - Il affine des fromages... on est en automne, non ?! - Peut-être, mais un automne, il y en a un tous les ans... - Attends... je vois dans la salle à manger, sous les poutres apparentes, des toiles représentant des paysages d'Afrique, signées Eugène Fromentin, ce peintre et écrivain né et mort à La Rochelle, en Charente... Tout se tient... - Eugène Fromentin, 1820-1876. Ton mardi d'automne doit se situer dans les années 1850, logiquement... Que dirais tu de 1852 ? - Parfait. Chantons, Simone, la gloire de Gustave Arnaud, aubergiste et inventeur de génie, qui mit au point le paillasson un beau mardi d'automne 1852. - Voilà. Tu vois qu'en se donnant la peine de se creuser un tout petit peu la tête, on vient à bout de pas mal de problèmes. - Ce sont les deux grands principes à ne pas oublier : se creuser la tête, et s'essuyer les pieds. - Se laver les mains, non ??
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......