LE DIRECT

flopée

5 min
À retrouver dans l'émission

Le livre "Les grands mots du Professeur Rollin" est disponible chez PLON. Mes chers homoglottes, Vous me surprenez là dans un drôle d'état, un état que je définirais volontiers comme indéfinissable. Je ne saurais pas dire si je me sens d'attaque, ou si je me sens boulimique, si je me sens vaillant, ou plutôt désinvolte, ou tout chose, ou comme vaguement bizarre... en réalité, le plus pertinent serait de dire qu'à l'heure qu'il est, « je ne me sens plus », selon cette bonne vieille expression d'autrefois, que seuls les plus âgés d'entre vous ont pu entendre, en particulier dans cette tirade désormais franchement obsolète : « Eh ! Oh ! ça va pas la tête, mon vieux ! tu te sens plus ! ». Inutile de vous dire qu'il faudrait des heures et des jours de travail pour traduire cette tirade en français d'aujourd'hui. Je ne me sens plus, et c'est ce qui me conduit séance tenante à sauver de l'oubli, mieux qu'une pléiade, mieux qu'une ribambelle, une « flopée » de mots menacés d'extinction, à commencer par le mot flopée lui-même, qui est un équivalent, en moins vulgaire, de la tripotée, et qui désigne une grande quantité. Je vais donc sauver beaucoup de mots, je vais en sauver trop, et comme souvent ceux qui en font trop, je vais le faire mal. A ma décharge, il ne sera pas dit que je n'aurai pas eu la franchise de l'avouer. Ouvrez le ban... Un « adobe », c'est une brique non cuite, séchée au soleil. Un « ophicléide », c'est un gros instrument à vent, en cuivre et à embouchure, muni de clés. une « dryade », c'est une nymphe protectrice des forêts, et le « faldistoire », c'est le siège liturgique des évêques, qu'il ne faut pas confondre avec le fan d'histoire, qui est en général agrégé. Une « maritorne », c'est une femme laide, malpropre, et désagréable, alors qu'un « mirliflore », c'est un jeune élégant content de lui. Le « paraclet », c'est le nom donné au Saint-Esprit, « stuporeux » signifie relatif à la stupeur, « chryséléphantin, chryséléphantine » se dit d'une sculpture antique dans laquelle on employait à la fois l'or et l'ivoire, une « nitescence », c'est une clarté, une lueur, ou un rayonnement, et « inchoatif » se dit des formes verbales exprimant une action commençante ou une progression. Respirons un court instant avec une autre flopée, de troubles physiologiques cette fois, une flopée plus démodée encore que tous nos mots démodés, écoutons Gaston Ouvrard. Ouvrez l'Ouvrard : Je ne suis pas bien portant, de 0,21 à 0,45 Merci Gaston, mais je ne me sens pas moins plus pour autant. Une « scrofule », c'est exactement comme des écrouelles, l' « épiclèse », c'est l'invocation du paraclet, autrement dit du Saint-Esprit, un « anagyre », c'est un petit objet ellipsoïde rotatif capricieux trop long à expliquer, « caligineux » signifie « qui est de la nature du brouillard », au propre comme au figuré, un « centon », quand il n'est pas de Provence et s'écrit c-e-n-, c'est une pièce de vers ou de prose faite de fragments empruntés à divers auteurs, la «géhenne », c'est l'enfer, et un « trimard », c'est un chemin en argot. - Un commentaire, Simone ? - Une flopée de commentaires, plutôt ! Qu'est ce que tu fais de bayadère, cyrénaïsme, ambitus, méphitique, asdrubal, ataxie, propitiatoire, baraterie, dirimant, parousie, entéléchie, séide, eudémonisme, sotériologie, hyperbate, neume, ontologique, synallagmatique, et vaticiner ???? - Non, ce sont des mots sérieux et utiles, ceux-là, Simone, nous les sauverons vraiment une autre fois ! Mes chers homoglottes, comme je viens de le dire à Simone, une autre fois, nous sauverons vraiment des mots. Mais une autre fois. Mais vraiment.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......