LE DIRECT

frimas

5 min
À retrouver dans l'émission

Mes chers homoglottes, Nous allons aujourd'hui rafraîchir un mot qui paradoxalement est assez frais par nature, il s'agit du mot frimas. Bien entendu, c'est au nom commun que nous nous intéressons, et non pas à la deuxième personne du singulier du passé simple de l'indicatif du verbe frimer : tu frimas. Cette forme reste en effet très usitée, notamment pour dire : « Hier, en boîte, comment tu te l'es trop pétée, mon pote ! »... on dira tout simplement : « Hier, au dancing, tu frimas, mon ami ! ». C'est donc bien « frimas », le nom masculin, qui nous intéresse, un nom qui se raréfie logiquement au fur et à mesure que la planète se réchauffe. Le frimas, c'est un brouillard froid et épais qui forme du givre en tombant. Le frimas se manifeste rarement au mois de Juillet, sous nos latitudes, au point que, par le truchement joyeux d'une élégante métaphore, « la saison des frimas » désigne à coup certain l'hiver. C'est ainsi en parfaite connaissance de cause que les Républicains donnèrent au mois de décembre le nom de « frimaire », le mois des frimas, situé entre « brumaire », le mois des brumes et des coups d'état, et « nivôse », le mois de la neige, ... « nivôse » qui reste présent dans l'affirmation suivante : « Il voulait faire du ski avec moi, mais il n'était pas au nivôse ». Le frimas forme donc du givre, « couche de glace extrêmement ténue et blanche, provenant de la cristallisation, par temps froid, au contact d'un corps solide exposé à l'air, des fines gouttelettes d'eau en surfusion »... du givre, pour dire les choses simplement... en vertu de quoi un vieux Monsieur « poudré à frimas » est une personne dont les cheveux sont poudrés de blanc, mais qui n'a pas forcément eu l'intention de frimer. La frime dont nous parlons, celle qui a donné le frimas, vient de l'ancien français « frume », mot issu du francique et qui signifie « givre ». On serait d'ailleurs en droit de dire que le vieux Monsieur de tout à l'heure est « givré », même s'il n'est pas plus fou qu'il n'est frimeur. Ecoutons, si vous le voulez bien, la chaude voix de Michèle Bernard nous chanter la louange du givre. Le givre, de 0 20 à 0 47 Merci, Michèle. Revenons un court instant au calendrier républicain, d'un simplisme bucolique et charmant. Avec, dans l'ordre, puisque tout commence un 22 Septembre : vendémiaire, le mois des vendanges, brumaire, on l'a dit, le mois des brouillards, frimaire le mois des frimas. Puis nivôse, pluviôse et ventôse, respectivement mois de la neige, de la pluie, et du vent. Nous arrivons à germinal, mois de la germination, ça sent le printemps... floréal, mois des fleurs, et prairial, mois des prairies, comme le temps passe... et voici les moissons en messidor, la chaleur en thermidor, et les fruits en fructidor. C'était bien mignon, mais, depuis 1804, nous devons nous contenter du calendrier grégorien, oeuvre du pape Grégoire XIII... à moins que... - Simone, quel calendrier utilises-tu ? - Le mien ! - Qui marche comment ? - Il commence en rentrôse, le mois de la rentrée, puis fatigôse, le mois de la fatigue, et simonôse, le mois de mon anniversaire. Ensuite c'est cador, le mois des cadeaux, skior, le mois des sports d'hiver, et crêpor, le mois des crêpes. - ... qui est notre actuel février ? - Voilà. Après il y a giboulaire, le mois des giboulées, filaire, pendant lequel il ne faut pas se découvrir d'un fil, et fet'démaire, le mois de la fête des mères. - Nous arrivons, si j'ai bien suivi, à mon juin personnel... - ... que j'appelle gardenpartal, le mois des garden parties, puis régimal, le mois où on se met au régime, et vacançal, qui dit bien ce qu'il veut dire. Et on repart à rentrôse... - Bonne année, Simone ! - Déjà ??? Mes chers homoglottes, nous verrons à la prochaine averse s'il existe une différence entre la bruine et le crachin, à part l'orthographe.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......