LE DIRECT

glas

5 min
À retrouver dans l'émission

"Les Belles Lettres du Professeur Rollin.com" vient de paraître chez PLON. "Les Grands Mots du Professeur Rollin" est désormais disponible en poche chez POINTS. Mes amis, L'heure a sonné de tendre la main au glas, g-l-a-s, car c'est peut-être pour lui qu'il sonne, entendez : c'est peut-être pour le mot glas que sonne le glas, tant ce nom masculin, qui signifie étymologiquement « sonnerie de trompette », semble, selon de nombreux sons de cloches, en recul constant dans nos conversations. Le glas, qui a du reste oublié la trompette avec le temps, ... le glas, c'est le tintement d'une cloche d'église pour annoncer l'agonie, la mort, ou les obsèques d'une personne. On peut aussi sonner ou entendre sonner le glas d'une chose, et en ce sens « glas » est synonyme d'agonie... Si nos espoirs sont à l'agonie, on dit que sonne le glas de l'espérance, et si ce sont nos institutions qui sont menacées par les révoltes populaires, on dira que ces révoltes sonnent le glas de la V° république. Mais, si j'ai bien lu les journaux, nous n'en sommes pas là, et c'est encore dans les clochers, beffrois, et autres campaniles, que sonnent les glas. Invariable, soit dit en passant : si on ajoute un S, le glas devient glass, et il est alors synonyme de verre à boire, mot emprunté à l'anglais. En réalité, le glas survit essentiellement grâce au chef d'oeuvre d'Ernest Hemingway, « For Whom the Bell Tolls », « Pour qui sonne le glas », roman publié en 1940, et dont l'action se situe pendant la guerre civile espagnole, qu'Hemingway a bien connue en qualité de journaliste. Ernest pourrait avoir emprunté la formule à John Donne, poète anglais mort en 1631 à l'âge de 59 ans, et auteur, dans « Devotions upon Emergent Occasions », de ce texte sublime, que je vous « donne » volontiers : « Aucun homme n'est une île, un tout, complet en soi ; tout homme est un fragment du continent, une partie de l'ensemble ; si la mer emporte une motte de terre, l'Europe en est amoindrie, comme si les flots avaient emporté un promontoire, le manoir de tes amis ou le tien ; la mort de tout homme me diminue, parce que j'appartiens au genre humain ; aussi n'envoie jamais demander pour qui sonne le glas : c'est pour toi qu'il sonne ». Magnifique... On ne sait pas forcément pour qui sonne le glas, on sait très bien en revanche qui le sonne : c'est le maudit carillonneur. En canon, s'il vous plaît... Maudit sois-tu carillonneur . Depuis 2,26, et shunter à partir de 2,52 Merci les enfants... A ce stade de mon exposé, je ne sais plus trop sur quel pied danser : dois-je vous inviter à analyser cette phrase pleine d'embûches : « Dans le Doubs comme ailleurs, le redoux sonne le glas du verglas » ? Ou bien dois-je me pencher avec vous sur le Glas de Jacques Derrida, livre paru en 1974, qui se lit de bout en bout sur deux colonnes complices et concurrentes à la fois, dans une sorte de ballet sémiotique avant-gardiste ? Les deux terrains semblent glissants. Cette glissance (la glissance est un terme homologué pour désigner l'état d'une surface sur laquelle on glisse), cette glissance, donc, (mot que ne renierait pas le grand poète martiniquais Edouard Glissant), cette glissance, donc, dans tous les sens, nous conduit tout naturellement à nous tourner vers Simone... - Simone, tu grelottes ? - Oui, il fait vraiment glagla, dans cette maison... - Tu veux dire qu'il fait froid ? - Plus que ça ! La chambre sera bientôt couverte de verglas ! - Tu déraisonnes, Simone ! - Non, c'est le glas qui résonne ! Le glas annonce mon prochain décès par hypothermie ! - C'est pourtant toi qui le chauffage réglas ? Non ? Qui le régla ? - Mon chéri, quand j'ai froid comme ça, même tes hyperbates ne me réchauffent pas ! - Autant pour glas... Mes amis, j'ai reçu ce matin une lettre d'un ami québécois, qui me demande pourquoi le laurier-tin s'orthographie t-i-n, et non pas t-a-i-n comme le tain des miroirs, t-h-y-m comme l'arbrisseau aromatique, t-e-i-n-t comme la teinture, T-a-i-n comme Tain l'Hermitage, ou t-i-n-t comme dans le passé simple de tenir ? L'avion pour Montréal décolle dans vingt minutes.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......