LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

incoercible

5 min
À retrouver dans l'émission

Le livre "Les grands mots du Professeur Rollin" est toujours en librairie (éditions PLON). Mes chers homoglottes, Je suis au regret de vous le confirmer : tout n'est pas toujours possible. Il y a des biens que l'on ne peut pas céder : ils sont incessibles. Il y a des choses qui ne peuvent pas coexister : elles sont incompatibles. Il y en a d'autres qu'on ne peut pas comprimer, on les dit incompressibles. Les gens qu'on ne peut pas corriger sont incorrigibles, et ceux qu'on ne peut pas corrompre sont incorruptibles. Il y a des mots qu'on ne peut pas comprendre : ils sont incompréhensibles. Est-ce le cas du mot « incoercible », que nous prenons d'assaut aujourd'hui ? Ce qui est incoercible, ce serait ce qu'on ne peut pas coercer ? Presque ! Coercere, en latin, c'est contraindre. On forme sur ce verbe la coercition, qui est l'action de contraindre, l'adjectif coercitif, comme dans les mesures coercitives : « les mesures qui contraignent ». Ce qui peut être contraint ou comprimé est coercible, d'où son caractère de coercibilité ; et ce qui ne peut pas l'être est logiquement incoercible, d'où son caractère d'incoercibilité. Est dit « incoercible » ce qu'on ne peut pas contenir, ce qu'on ne peut pas réprimer, comme un rire, un désir, un sentiment. Il n'est donc pas interdit de penser qu'incoercible est synonyme d'irrépressible. Attention ! Quand on parle de toux incoercible, ça ne signifie pas que tout est incoercible, ça signifie seulement qu'il y a quelqu'un qui ne peut pas s'arrêter de tousser. On administre alors à cette personne un sédatif, comme la codéine, que l'on peut se procurer dans le dictionnaire, une vingtaine de mots avant coercible. Tout cela est fichtrement bien organisé. La codéine peut en effet, comme la cocaïne, se présenter sous la forme d'une poudre blanche, et faire tousser un tonton, comme dans le sketch de Fernand Raynaud, dont je vous propose un extrait, parce que j'ai besoin que vous me disiez s'il est normal de rire et d'applaudir sur un jeu de mots aussi pauvre et aussi attendu que le « t'es stupéfiant » qui vient... Allo Tonton 0,55 à 1,36 Merci Fernand. Je n'ai pas ri, personnellement, mais c'est à cause de l'incoercible stupéfaction qui s'est emparée de moi en vous écoutant. Petite parenthèse physique : il n'existe pas de gaz incoercible. Autrement dit, tous les gaz sont coercibles, c'est à dire qu'ils peuvent être retenus dans un certain espace, pourvu qu'on les comprime autant que de besoin. Les gaz obéissent ainsi à la loi de Mariotte. Mariotte était un physicien français, il se prénommait Edme, allez savoir pourquoi, et c'est en 1676 qu'il a formulé sa loi, selon laquelle pV/T=constante, si V est le volume du gaz, p sa pression et T sa température. Cela peut paraître un peu cérébral, mais c'est une loi dont nous avons l'illustration chaque fois que nous utilisons un autocuiseur : la vapeur d'eau, qui est coercible comme tous les gaz, y est soumise à une forte pression, et puisque le volume ne varie pas, il faut pour que pV/T reste constant que T augmente, et il fait donc beaucoup plus chaud que 100 degrés à l'intérieur du machin, et ça cuit plus vite. C'est pour des raisons symétriques qu'il est difficile de cuire des nouilles sans autocuiseur en altitude, là où la pression de l'air est plus basse. La température d'ébullition de l'eau, qui est de 100 degrés au niveau de la mer, descend à 72 degrés au sommet de l'Everest, et voilà pourquoi il n'y a pas de restaurant italien à cet endroit. - Simone, ça n'a pas l'air de t'inspirer, ce que je dis ? - Au contraire ! Je pensais justement aux mots se terminant par -cible, et à cette histoire incroyable... - Raconte ! - Un journaliste avait demandé à un jeune peintre prometteur ce que lui inspirait son maître, et le jeune homme, très impressionné, comme souvent les peintres, avait répondu : « En vérité, c'est indicible ». - Indicible, « que l'on ne peut exprimer »... - Oui, mais le journaliste avait compris, et il a écrit : « En vérité, c'est un disciple ». - Un disciple, celui qui reçoit l'enseignement d'un maître... inversion des rôles... Et alors ? - Eh bien quand la maître a lu le journal, il est entré dans une colère incoercible ! - Et il est ressorti depuis ? - Pas que je sache... - Mes chers homoglottes, restez mobilisés : dans un quart d'heure, nous plumerons une alouette à huppe, c'est à dire un « cochevis ». Cochevis... une époque formidable. Applaudissements ? Non ?

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......