LE DIRECT

labile

5 min
À retrouver dans l'émission

Les Belles Lettres du Professeur Rollin.com vient de paraître chez PLON. Les Grands Mots du Professeur Rollin est désormais disponible en poche chez POINTS. Mes amis, Ayons de la suite dans les idées, évitons les humeurs labiles, les bonnes intentions labiles, et secourons donc l'adjectif « labile ». Du bas latin labilis, signifiant «glissant», labile s'utilise le plus souvent dans le sens figuré de « qui est sujet à faillir ». Une mémoire labile, c'est une mauvaise mémoire, une mémoire peu fidèle. Une humeur labile, c'est une humeur instable. Une sensation labile, c'est une sensation éphémère. Au sens propre, celui que j'aurais dû mentionner en premier lieu, « labile » signifie « peu stable, sujet à se transformer, à disparaître ». On parle alors de composés chimiques labiles, comme les vitamines. Oui, les vitamines sont labiles, ça ne plaira peut-être pas à tout le monde, mais c'est comme ça. On parle aussi de pétales labiles, « des pétales qui se détachent et tombent facilement ». Le bouton d'or est une renoncule à pétales labiles. Ca aussi, ça fait grincer des dents dans les chaumières, mais c'est la pure vérité. La bile, celle que secrète le foie, n'est pas labile, malheureusement, ce qui permet à l'inquiétude de perdurer, quand on se « fait de la bile ». D'un autre côté, l'habile homme n'est pas un homme inquiet, ni un homme labile, ce qui du reste ne voudrait rien dire, car l'adjectif labile ne s'applique pas aux individus. L'habile homme est un homme habile, et rien d'autre. En revanche, il est établi que « labile ne fait pas le moin'le ». Ce bon mot nous servira de transition habile pour introduire la page musicale, italienne, une fois n'est pas coutume. En italien, labile se dit labile. C'est le titre de la chanson que nous interprète Ivano Fossati. Labile de 2,28 à 2,59 Grazie, Ivano. Un peu de poésie labile ? Qu'à cela ne tienne ! Un gros oiseau débile A laissé, c'est habile, Une trace indélébile Sur mon automobile. Une autre ? Un mendiant volubile A tendu sa sébile D'une main malhabile A une beauté nubile Qui resta immobile. La poésie labile, vous l'avez compris, c'est la poésie qui ne laisse pas beaucoup de traces, ou même pas du tout. - Oui oui oui oui, j'ai bien compris, mais moi, ce que je vois surtout, c'est que tu profites de plus en plus de l'alibi de « sauvegarde des mots » pour nous placer ta poésie de contrebande... - Simone, comment peux tu être aussi injuste ? Faut-il que tu sois méchante, ou alors insensible ? - Insensible à tes poèmes d'oiseaux qui font caca sur la voiture ? Oui, je le suis, et je m'en vante ! - Il n' y a pas que ça, quand même ! Il y a ce tableau superbe du mendiant et de la jeune fille nubile... - T'appelles ça de la poésie ? C'est ton droit. Mais moi, tu sais comment j'appelle ça ? - De la daube ? - Non, j'appelle ça de la dégoulinure de dictionnaire de rimes ! - Bref, tu n'es pas fan ! - Tu l'as senti ??? Mes amis, Je vous le dis, Une prochaine fois, Tapis au fond des bois, En cachette de ma femme, Cette mégère infâme, Nous rimerons encore... Tout le monde est d'accord ? (y a rien à faire, elle a beau dire, Simone, j'ai du style ! je comprends pas...)

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......