LE DIRECT

langoureusement

5 min
À retrouver dans l'émission

Toujours disponibles... "Les Belles Lettres du Professeur Rollin", éd. PLON "Les Grands Mots du Professeur Rollin", éd. POINTS Mes amis, C'est un adverbe de saison que vous trouverez à notre menu du jour, un adverbe qui n'a pas disparu mais qui recule quelque peu, un adverbe qui évoque pourtant de bien belles choses, j'ai nommé l'adverbe « langoureusement ». Il dérive, par son féminin, de l'adjectif « langoureux », signifiant « qui exprime de la langueur ». La langueur se définissant, lorsqu'elle n'est pas « abattement général », comme une mélancolie douce et rêveuse. Que fait-on langoureusement ? Du cassoulet ? « Jean-Claude préparait langoureusement du cassoulet pour huit personnes ». Non. Du char à voile ? « Le char à voile de Jean-Claude fonçait langoureusement sur la plage de Trégastel ». Pas davantage. De la chirurgie dentaire ? « Jean-Claude arracha langoureusement la dent de sagesse de son ami René ». Impossible. C'est principalement « embrasser », qui se fait langoureusement. Embrasser au sens de « prendre et serrer entre ses bras », et plus encore au sens de « donner un baiser ». « Jean-Claude embrassait langoureusement le dentiste de Trégastel qui avait préparé le cassoulet ». Là, oui. On peut dire aussi « languissamment ». Qu'on embrasse languissamment ou langoureusement, la langue ne joue, contrairement aux apparences, aucun rôle particulier dans le baiser. La seule langue qui tire bénéfice d'un baiser donné langoureusement, c'est la langue française, La langueur ayant deux sens quasiment opposés - ah les méfaits de la polysémie ! -, le sens redouté de l'asthénie et de l'abattement, mais aussi le sens réjouissant de la paresse, de l'indolence et de la mélancolie... il faudra de la même façon classer en deux catégories les synonymes de « langoureusement ». Du bon coté, si l'on ose dire, languissamment, paresseusement, indolemment, nonchalamment, et même négligemment, et de l'autre côté : mollement, faiblement, et quelques autres que j'ai la flemme de citer. L'adverbe « langoureusement » figure dans plusieurs chansons, parmi lesquelles « Le beau Danube Bleu » par Mathé Altéry, « Te souvient-il? » par Yvonne Printemps, ou encore « Les baisers » par Lina Tyber, mais je n'ai pas réussi à me procurer les enregistrements correspondants. Nous nous contenterons donc de l'adjectif « langoureux », mal articulé à trois reprises par Claude François, ça s'appelle « Comme une chanson triste ». Comme une chanson triste, de 0,48 à 1,26. Merci Claude. Il faut bien en finir quand même. Non ? Simone ? - Non, je trouve que tu es passé un peu vite sur ces trois chansons, là... les chansons qui chantent « langoureusement »... La première, c'était quoi, déjà? - C'était Mathé Altéry. - Voilà. Et ses paroles disent ceci : « Qu'ils sont doux sur le Danube bleu Les soirs d'été merveilleux Des baisers très rusés Sont vite échangés Mais sans grand danger Des serments notamment Font murmurer langoureusement ». - Ensuite Yvonne Printemps ? - Oui. Là, c'est la voix de Pierre Fresnay qui dit : « Jamais, je me rappelle, la vie ne m'a paru si belle, Et le chant du violoncelle m'enivrait langoureusement ». - Reste Lina Tyber... - « Les baisers Quand ils sont bien donnés Tendrement Ou langoureusement Sur les lèvres Ou sur de beaux yeux Pleins de fièvre Lents comme un adieu En amour, l'on désire toujours Les baisers Quand ils sont bien donnés ! ». - Merci Simone. - De rien. Et maintenant, je vais te les chanter, langoureusement ! - Volontiers !... Oh non, comme c'est bête, on n'aura pas le temps ! - Une prochaine fois ! - Non plus, car la prochaine fois, nous aurons fort à faire avec le mot « bergerade », qui est synonyme de romance, de cantilène, ou de rengaine. Ah la jolie bergerade, que me chantait ma grand-mère...

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......