LE DIRECT

Pepisefoga : Cinq génies, primo

5 min
À retrouver dans l'émission

  • Tu sais, Simone, malgré les difficultés colossales que je rencontre, je n'ai pas renoncé à mon projet d'écriture d'un scénario génial. - C'est bien, de ne pas se laisser abattre. J'aime bien ton côté persévérant. C'est viril. En même temps, prends garde de ne pas mettre la barre trop haut. Ecrire un « bon » scénario, c'est déjà une belle ambition. Tu ne crois pas que tu devrais renoncer à l'exigence de « génie » ? ... écrire simplement un « bon » scénario, ou même un « très bon » scénario... mais pas obligatoirement « génial »... - Non, pas besoin de réviser l'objectif à la baisse, parce que je sais ce qui a cloché dans mes dernières tentatives. C'est qu'aucun de mes personnages n'était génial. Or, j'en ai eu la révélation Mardi matin : pour qu'un scénario soit génial, il faut et il suffit d'y faire figurer des personnages géniaux... et, pour prendre un bon raccourci : des génies, tout bêtement. - Tu vas donc écrire une histoire avec des vrais génies dedans ? - Voilà. Exactement. D'où un premier obstacle : l'embarras du choix. - Tu as tiré à la courte paille ? - Mieux que ça : j'ai demandé à ma soeur. J'ai débarqué chez elle à l'improviste, et je lui ai demandé de me citer, là, maintenant, tout de suite, sans réfléchir, ses 5 génies créateurs préférés. - Elle t'a foutu à la porte ? - Oui, mais APRES m'avoir livré 5 noms. Jean Tinguely, l'artiste suisse... - ... celui qui a fabriqué des machines extravagantes ? - Lui même. Et puis Andy Goldsworthy, l'immense génie du Landart... - Oui, celui qui crée des sculptures dans des sites naturels et à partir d'éléments naturels, c'est ça... - Oui, c'est ça. Pour ceux qui ne le connaissent pas, il vaut mieux aller regarder des photos, parce que c'est pas facile à raconter, le travail de ce gars-là. - Ca en fait deux... - Une femme, ensuite, une anglaise qui fait de la peinture abstraite, c'est Joan Mitchell, née en 1925 à Chicago et morte en 1992 à Vétheuil, près de Mantes la Jolie. - Il en manque deux, maintenant, dans le palmarès de ta soeur... - Eh bien il y a encore Jean Dubuffet, né au Havre en 1901, et mort à Paris en 1985... - Jean Dubuffet, tout le monde connaît... Et le dernier ? - Le dernier, je ne sais pas si c'est parce qu'elle manquait d'idées ou parce que c'est le génie des génies... toujours est-il que son cinquième choix s'est porté sur le grand Picasso. Pablo Ruiz Picasso, né à Malaga et mort à Mougins. - Te voilà donc avec les 5 personnages principaux de ton film. Je récapitule : Joan Mitchell, Pablo Picasso, Jean Dubuffet, Jean Tinguely, et Andy Goldsworthy. - Voilà. D'où un deuxième obstacle : pour les faire exister ensemble sans trahir la vérité historique, je dois me restreindre à la période où ces cinq-là furent contemporains. C'est à dire entre juillet 1956, naissance de Goldsworthy, et avril 1973, mort de Picasso. - Mais la petite enfance de Goldsworthy, tout le monde s'en fiche un peu, non ? - Si. Le film se passera donc en Janvier 1973. Andy Goldsworthy a 17 ans, Tinguely et Mitchell en ont 48, Dubuffet a 72 ans, et Picasso 92. - L'action se situera principalement ?... - Je n'ai pas tranché définitivement, mais sans doute à Genève. Plaque tournante et carrefour des arts. Tinguely sera tout près de chez lui, Mitchell et Dubuffet prendront le train Paris-Genève, et Picasso montera de Mougins en voiture. - C'est pour Andy, ça lui fait un peu loin ? - C'est vrai, mais à 17 ans, on adore les voyages. Il ne se fera pas prier outre mesure. - Et ça raconte quoi, ce scénario ? - Je commence à écrire ce soir. - Je crois bien traduire le sentiment général en exprimant ma folle, folle impatience !!
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......