LE DIRECT

Pepisefoga : Ligeti impossible

5 min
À retrouver dans l'émission

  • Tu vois, Simone, quand j'y réfléchis... - ... j'ai toujours un petit peu peur, quand tu réfléchis... - ... et pourtant, quand j'y réfléchis, je me dis qu'on pourrait être tenté, parfois, de définir un génie comme quelqu'un qui parvient à faire une chose qui était, avant lui, réputée impossible à faire. - C'est une notion bien fragile, cette notion d' « impossibilité »... on peut s'interroger... existe-t-il des choses formellement et définitivement impossibles ? - Ah tu vois, toi aussi, tu réfléchis !! - Oui, c'est pas impossible... - Tu vois, par exemple il m'a été impossible, jusqu'ici, de savoir dans quel contexte le génial Mark Twain avait prononcé cette phrase géniale, pleine d'intelligence et pleine d'espoir, je le cite : « Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait ». - C'est toute une philosophie ! ... ça rejoint le fameux « impossible n'est pas français », qu'on attribue, je crois, à Napoléon Bonaparte... - Il n'aurait pas exactement dit ça, selon mes sources. Il aurait « écrit » quelque chose d'approchant. C'était pendant la campagne d'Allemagne en 1813. Le général Jean Léonard François, comte Le Marois, se considérant dans l'impossibilité de défendre la ville de Magdebourg, s'en ouvrit dans une missive à son empereur. Qui lui répondit par retour du courrier : "Ce n'est pas possible, m'écrivez-vous; cela n'est pas français". Du reste, les troupes de Napoléon n'abandonnèrent l'affaire qu'un an plus tard, comme quoi... - Comme quoi il suffit d'y croire... - Je ne sais pas s'il suffit, mais ça aide, c'est certain. J'ai personnellement, tu le sais, une admiration sans bornes pour Henri Guillaumet... - ... ce pionnier de l'Aéropostale, cet homme hors du commun qui a prononcé la phrase désormais historique : « Ce que j'ai fait, aucune bête ne l'aurait fait »... - Oui, c'est bien lui. Le 13 Juin 1930, Henri Guillaumet et son avion s'écrasent quelque part au beau milieu de la Cordillère des Andes. Une douzaine d'heures plus tard, le naufragé des neiges est survolé par un autre pilote parti à sa recherche, qui ne le voit pas. C'est foutu. Guillaumet examine sa carte, et constate que la première présence humaine se situe à plusieurs jours de marche de distance et trois cols de haute altitude. Il en déduit : « C'est impossible ». Et, en dépit de toute logique, il se met en route. Il marche, par un vent glacial, et dans la neige profonde, pendant cinq jours et quatre nuits. Et il sauve sa peau. Ce qu'il a fait est humainement impossible. Tous les spécialistes, médecins, montagnards, sportifs, ... tous le confirment et le prouvent: c'est absolument impossible. Ceux qui veulent démontrer le contraire n'ont qu'un argument à leur disposition, mais il faut admettre que cet argument est assez convaincant : c'est que Guillaumet l'a fait !! - Génial. Et, puisque nous parlons d'impossible, je pense au fameux concerto pour violon, en ré majeur, de Tchaïkovski, composé en mars 1878. - Mais oui ! Ce concerto était originellement écrit pour le violoniste Leopold Auer, mais ce dernier déclara avec une grande assurance que le concerto était « injouable », parce que trop difficile techniquement . - Résultat : c'est un autre qui le joua. Et beaucoup d'autres par la suite... L'impossible ne reste impossible que le temps qu'il faut à un génie pour accomplir l'impossible ! - Ce n'est pas pour reparler de Guillaumet, mais ce genre d'histoire donne des ailes, non ? - Si !!... Et, en parlant d'impossible, quel est donc le morceau génial qui nous accompagne ? - C'est une étude pour piano de Gyorgy Ligeti, intitulée « L'escalier du Diable »... - Alors là, je suis formelle : c'est injouable !!
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......