LE DIRECT

rasséréner

5 min
À retrouver dans l'émission

Mes chers compatriotes, C'est autour d'un verbe que nous nous réunissons aujourd'hui, j'aime bien ces réunions autour d'un petit verbe...en l'occurrence le verbe rasséréner. Verbe transitif, qui vient de l'adjectif serein, dont il a abandonné le i, rasséréner signifie « rendre la sérénité, rendre le calme à quelqu'un ». Exemple : « Repose toi cinq minutes, Céline, je crois que tu as assez rasséréné René ». Mes chers compatriotes, je vous entends d'ici, vous vous dites « mais on le connaît, ce mot-là, et on l'utilise, pourquoi nous embête-t-on avec un mot en pleine santé ??», et je vous sens tout contrariés et tout chiffonnés... je vous prie de vous rasséréner et de vous asseoir, le temps que je m'explique. J'ai tenu à faire ce petit écart laryngé, parce que j'ai souvent entendu, pas dans votre bouche, bien sûr, mais dans des bouches bien moins averties, j'ai entendu « rassénérer ». Dans lequel on retrouve la racine familière d'asséner, ce qui explique probablement la faute, mais ne l'excuse en rien. La faute... j'allais dire le cuir, mais le cuir est réservé aux fautes de liaison, comme dans « j'ai fait z'une erreur » ou « ces enfants sont trop z'agités ». Rassénérer n'est pas un cuir, il est d'une autre famille. Il ne s'agit pas bien entendu d'un lapsus, encore moins d'un solécisme... on pourrait parler de barbarisme, mais la catégorie est un peu encombrée ; le nom savant pour désigner cette inversion de syllabes ou de lettres, cet accident dyslexique, c'est le mot « métathèse ». Une métathèse, c'est l'altération d'un mot ou d'un groupe de mots par déplacement, interversion d'un phonème, d'une syllabe, à l'intérieur de ce mot ou de ce groupe. Quelques exemples de métathèses fréquentes : rassénérer pour rasséréner ; obnibuler ou omnibuler pour obnubiler ; préemptoire pour péremptoire ; rénumération, très tentant il est vrai, pour rémunération ; aréoport et aéropage pour aéroport et aréopage ; pestacle, chez les moins de douze ans, pour spectacle ; un infractus, nettement plus grave qu'un infarctus ; et huberlulu pour hurluberlu, mais là, il s'agit sans doute d'une plaisanterie. Un hurluberlu, c'est peut-être le drôle de gars chanté par le grand et, à mon avis, scandaleusement sous-estimé Pierre Vassiliu, on l'écoute. Qui c'est ce mec là Merci, Pierre. Je vous ai gardé pour la bonne bouche le champion toutes catégories de la métathèse, selon le blog de Jean Véronis d'Aix en Provence, c'est le caparaçon, appelé fautivement carapaçon par 18% de ses utilisateurs à l'écrit, alors que le métathètique génycologue ne se substitue à l'authentique gynécologue que sous 4,6% des plumes qui l'emploient. Il est vrai qu'à contrario, on se rend encore fréquemment chez le gynécologue, - principalement les femmes, mais ça fait déjà beaucoup de monde... alors qu'on ne voit plus guère de caparaçons, armure ou harnais d'ornement dont on équipait les chevaux. On emploie bien plus souvent le participe passé pris comme adjectif, « caparaçonné », qui, malheureusement, selon mes estimations personnelles, subit, dans 84% des utilisations, la grossière métathèse qui le transforme en carapaçonné. Pas de quoi rasséréner les francophones pratiquants ! - Simone ? - Voui ? - Tu te souviens que le jour de notre mariage, je t'ai promis, à vie, une charade par trimestre. - Si je me souviens ! J'étais folle de joie ! - Eh bien c'est aujourd'hui ! Nous cherchons un verbe, qui est, petit indice, souvent sujet à métathèse. - Un verbe, quoi ! - Si tu préfères. Mon premier est un rongeur... - Loir ? Souris ? Castor ? Gerbille ? - Mon second est une ville de l'Orne... - Alençon ? La Ferté-Macé ? Bagnoles de l'Orne ? Mortagne au Perche ? - Mon troisième est une note de la gamme... - Do ? Mi ? Fa ? Sol ? La ? Si ? - Mon quatrième est l'organe d'un des cinq sens... - Oeil ? Oreille ? Peau ? Langue ? - Mon tout est un verbe souvent déformé par la métathèse. - Castor La Ferté Macé Sol Peau ? - Un verbe qui se termine en -peau ?!?!? - C'est pas ça ?? - Si, c'est ça. Tu peux te rasséréner, c'est ça : Castor La Ferté Macé Sol Peau.Bravo. - Je suis folle de joie ! Mes chers compatriotes, la prochaine fois nous étudierons la varve, qui est un sédiment lacustre... Non non ! La prochaine fois, j'ai dit !

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......