LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Figurine céramique de Fidel Castro flottant mort dans un cercueil noir dans un magasin cubain de Little Havana 07 août 2006 à Miami
Épisode 4 :

Cuba, silence Radio

55 min
À retrouver dans l'émission

" Fidel est mort !?"

Figurine céramique de Fidel Castro flottant mort dans un cercueil noir dans un magasin cubain de Little Havana 07 août 2006 à Miami
Figurine céramique de Fidel Castro flottant mort dans un cercueil noir dans un magasin cubain de Little Havana 07 août 2006 à Miami Crédits : CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP - AFP

Un documentaire de Léa Garrigues et Alexandre Héraud, réalisé par Jean Philippe Navarre

Le 31 juillet 2006, un communiqué spécial annonce qu'un message du Commandant en Chef Fidel Castro, sera lu au peuple cubain dans la soirée. Quelques heures plus tard, la nouvelle tombe : Fidel Castro est hospitalisé et le pouvoir est transféré provisoirement à son frère, Raul. La nouvelle est accueillie à la Havane par un lourd silence : le temps semble s'être arrêté. C'est le début du mois d'août : le soleil est à son paroxysme et la chaleur suffocante. Pendant les jours qui suivent, l'état de santé du Président est classé " secret défense " et son successeur désigné ne fait aucune allocution publique.

"Tu regardes à la télévision ce qu'on veut que tu regardes. Il n'y a qu'une seule option ici, tout est bien, tout est parfait. Et ça ne s’arrangera jamais parce que tout est bien, qu'est-ce que tu veux arranger ?"....

Les rumeurs vont bon train et le " bouche à oreille " fait monter la tension : " Fidel est mort !", " Mais non, il paraît qu'il est soigné dans un hôpital souterrain, sous la Place de la Révolution ", " Fidel fait le mort, il veut juste voir quelles sont les têtes qui dépassent " Dans les rues, la présence policière est considérablement renforcée et les réservistes sont mobilisés. Le pays est sur le pied de guerre et se prépare contre une hypothétique invasion américaine. Et pourtant, tout reste calme en apparence.

La désinformation totale, le mutisme des dirigeants et les rumeurs, alimentent une sourde angoisse chez les habitants: Qui dirige réellement l'île ? Que va-t-il se passer à la mort de Fidel ? Les Cubains exilés s'inquiètent également et demandent avec insistance, à leurs familles, des nouvelles du pays. D'un bout à l'autre de Cuba, de l'étudiant au retraité, des témoignages se croisent en résonances intimes.

"La seule faute que j'ai commise pour être chassé du journalisme officiel, c'est de ne pas avoir applaudi avec suffisamment d'enthousiasme. C'est une faute très grave que ne peut se permettre aucun journaliste"....

Entre chuchotements et éclats de rire, des voix anonymes expriment, sur le ton de la confidence, leurs sentiments sur ce qui constitue un tournant majeur dans l'histoire du pays.

"Voir Robin des bois prendre le palais, distribuer toute les richesses, c'est quelque chose qui nous a tous beaucoup impressionné. Ce que nous avons appris plus tard, c'est que distribuer les richesses c'est une chose et que les faire fructifier s'en est une autre ! Il est clair que Fidel Castro a fait preuve d'une capacité sans pareil pour redistribuer la richesse comme d'une réelle incapacité pour la renouveler"....

(1ère diffusion : 01/12/06 – Sur les Docks)

Chroniques
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......