LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Attentats du 13 novembre 2015, les dessous d’un procès historique
Épisode 4 :

Des débats filmés pour les archives nationales

58 min

Une captation pour l’histoire

Des débats filmés pour les archives nationales
Des débats filmés pour les archives nationales Crédits : Thomas COEX / AFP - AFP

8 caméras et 50 micros. Plans de coupe autorisés sur le président qui écoute une victime ou un accusé qui répond à ses questions. Voilà les conditions imposées pour le film du procès qui sera versé aux archives nationales.

Neutralité et objectivité sont les maîtres-mots de la réalisation même si pour Sylvie Lindeperg, historienne cette tâche s’avère difficile : « On filme pour les archives et avec un cahier des charges strict qui cherche au fond à refroidir les passions et à tenter d'accéder à ce que je considère comme une impossible objectivité. Mais avec l'idée, finalement, que ceux qui filment ne doivent pas apporter leurs empreintes sur les images filmées ».

Philippe Labrune, réalisateur à l’époque du procès Papon se souvient s’être interrogé « Est-ce que l’on peut dire que la caméra est objective ? » et si « l’objectivité n’est que subjective » en tant que réalisateur de procès « on est au service de la justice et avec ses contraintes, on essaie de rentrer dans une objectivité la plus complète ». D’ailleurs pour Rada Marinova, responsable audiovisuel au ministère de la Justice pour le procès du 13 novembre « le vrai réalisateur du procès, c’est le président de la cours puisque c’est lui qui distribue la parole ».

L’histoire des grands procès historiques, Nuremberg, Eichmann est éclairante à double titre : l’énumération des crimes nazis n’intéressa pas la presse en 1945, les témoignages des survivants de la Shoah en 1961 émut tout un pays et au-delà le monde entier. En 1997, au procès Papon, l’émotion surgit de mots tus pendant 50 ans. Qu’en sera-t-il en 2021, six ans après les faits ?  

Avec :

Rada Marinova, responsable audiovisuel au ministère de la Justice, 

David Martin, prestataire de service,

Sylvie Lindeperg, historienne,

Philippe Labrune, réalisateur qui filma le procès Papon en 1997.

Un documentaire de Michel Pomarède, réalisé par Julie Beressi.

Liens

Illustrations sonores

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......