LE DIRECT
homme avec une chemise à l'effigie de Che Guevara lors d'un congrès du FLNKS (Front de libération nationale kanak et socialiste) le 9 février 1985 à Canala en Nouvelle-Calédonie.
Épisode 3 :

L’addiction. Aventuriers, mercenaires, et djihadistes en Ex-Yougoslavie

58 min
À retrouver dans l'émission

L’Ex-Yougoslavie est l’anti-chambre des conflits actuels où se rencontrent ceux qui ont dédié leur vie à la guerre. Ils ont goûté sa démesure, à leur tour ils veulent leur part du royaume et refusent d’abandonner la puissance des armes. Quelles sont les responsabilités des états occidentaux ?

Un milicien croate en juillet 1992 à  Sarajevo
Un milicien croate en juillet 1992 à Sarajevo Crédits : ANDRE DURAND / AFP - AFP

Première diffusion : 13 juin 2018

On veut pas être un loser en France, on veut pas être un rien du tout en France. Il y a toujours des gens qui voudront bâtir des royaumes et il y a un côté magnifique à faire quelque chose d’un peu  fou pour bâtir quelque chose. D. Vallat

Paris-Sarajevo : 3 heures de train. La guerre de Yougoslavie attire, au début des années 1990, une flopée de combattants de tous bords politiques, et porte en germe l’émergence des modes d’engagements contemporains. Du côté croate, le recrutement s’effectue parmi les aventuriers et dans les milieux de l’extrême-droite, à mi-chemin entre du mercenariat et du volontariat international. Et dès l’automne 1992, quelque 200 à 300 moudjahidin viennent par conviction d’Afghanistan, du Pakistan et quelques uns de France, pour rejoindre les rangs bosniaques. L’antagonisme traditionnel entre le « bon » volontaire et le « mauvais » mercenaire est brouillé. 

Il y a des conflits qu’il faut avoir fait sur un CV. D. Vallat

Et puis il y a ce franchissement des frontières de l’extrême, jusqu’à la haine criminelle, cette sensation de puissance et cet absolu de l’idéal qui justifie le plus abject. Si à l’époque les autorités ferment les yeux, elles se demandent aujourd’hui que faire de ces guerriers une fois de retour sur le territoire français, pour éviter qu’ils ne ramènent le conflit avec eux. C’est un jeu dangereux et très serré, parce que la guerre est une drogue dure. 

Ce qui me fascine c’est le  pouvoir que vous avez avec pas grand-chose. C’est-à-dire qu’une petite boule avec un détonateur fait de vous quelqu’un d’ultra-puissant. Vous  êtes un peu le Zeus qui jette les éclairs et ça j’avoue ça me fascinait.  P. Lobjois

Le Jihad c’est une construction islamo-occidentale. F. Benslama

Avec

  • Pascal Madonna, historien
  • Philippe Lobjois, engagé volontaire en Birmanie et journaliste en Ex-Yougoslavie
  • David Vallat, repenti du Djihad
  • Laurent Bonelli, sociologue
  • Fethi Benslama, psychanalyste
  • Fabien Carrié, sociologue
  • Romain Huet, chercheur en sciences de la communication

Un documentaire de Pauline Maucort, réalisé par Diphy Mariani

Bibliographie et liens

Pour aller plus loin

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......