LE DIRECT
Capture d'écran du film «Knock» de Roger Goupillères - 1933
Épisode 1 :

La fabrique des médecins

55 min
À retrouver dans l'émission

Pourquoi devient-on médecin ?

Internes à l'hôpital
Internes à l'hôpital Crédits : Odilon Dimier / AltoPress / PhotoAlto - AFP

Qu’est-ce qui motive ces jeunes d’une vingtaine d’années à s’engager dans de si longues études ? Le don de soi, la cursus typique du bon élève, la réponse à un désir parental, la recherche d’un statut social et d’une vie confortable? 

Quand j’ai commencé mes études de médecine, sans rien y connaître, j’avais envie de faire chirurgien très certainement à cause des séries. Pauline

Comment sélectionne-t-on nos futurs médecins ? Leur recrutement repose-t-il sur leurs aptitudes à prendre soin des autres ou à engranger des connaissances? 

Qu’ils soient externes ou internes, les étudiants en médecine doivent assurer des gardes dans différents services. Confrontés à la douleur et à la maladie, ces apprentis médecins rencontrent des hommes et des femmes, issus de tous les milieux, qui souffrent et qui ont besoin d’eux. Quel sens vont-ils eux-mêmes donner à leur profession ? 

Deux jeunes médecins, Pauline, interne à l’hôpital de Saint Denis, et Franck, externe à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre, y répondent avec justesse, à travers ce qui fait l’essence et la richesse de ce métier : la relation aux patients. 

Ils réfléchissent à leur pratique en questionnant leur positionnement. Ils s’interrogent sur leur vocation et apprennent au côté de leurs pairs. Ils ont fait le choix de soigner. 

Une bonne relation médecin-patient, c’est une relation dans laquelle l’asymétrie est connue, acceptée mais pas utilisée comme levier de pouvoir. Martin Winckler

Le savoir médical est un savoir qui concerne tout le monde, le confisquer et le garder pour soi et ne pas le partager, c’est moralement inacceptable.  Soigner par définition ça consiste d’abord à partager ce que l’on sait. Martin Winckler

Pour moi se blinder, c’est se couper de la relation et c’est passer à côté de notre mission de soignant. Franck

On dit qu’il faut garder la bonne distance par rapport aux malades. On ne parle jamais de la juste proximité par exemple. Franck

Là, j’ai dit médecin-malade mais je devrais me forcer à dire soignant-soignée. Franck 

Avec

  • Pauline, interne en médecine, service des urgences de l’hôpital de Saint-Denis
  • Franck, externe en médecine, service des urgences de l’hôpital du Kremlin-Bicêtre
  • Maurice Raphaël, chef de services des urgences de l’hôpital du Kremlin-Bicêtre
  • Les patients du service des urgences à Saint-Denis et au Kremlin-Bicêtre
  • Martin Winckler, médecin et auteur
  • Valérie Auslender, médecin et auteur

Une série documentaire de Mélanie Déchalotte, réalisée par Manoushak Fashahi

Pour prolonger l'écoute, un interview de Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des femmes, sur l'affaire des fresques dans les salles de gardes des hôpitaux

Écouter
8 min
Interview de C. Mailfert, présidente de la Fondation des femmes, sur l'affaire des fresques dans les salles de gardes

Bibliographie :

- Omerta à l’hôpital, le livre noir des maltraitances faites aux étudiants en santé, Valérie Auslender, Michalon, 2016.

- Les brutes en blanc, Martin Winckler, Flammarion, 2016

- Juste après dresseuse d’ours, Jaddo, Pocket, 2013

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......