LE DIRECT
Heddy, 20 ans de Marseille au Théâtre du Merlan (devant "Imagine")
Épisode 1 :

Le #rêve : est-ce qu’une génération réaliste peut rêver ?

54 min
À retrouver dans l'émission

On commencera par le rêve : où en est-il ? Est-ce qu’une génération réaliste se permet de rêver ? Portraits de ceux qui se sont autorisés à rêver et sont arrivés à un endroit qu’ils n’auraient pas soupçonné.

Heddy, 20 ans de Marseille au Théâtre du Merlan (devant "Imagine")
Heddy, 20 ans de Marseille au Théâtre du Merlan (devant "Imagine") Crédits : Aurélie Charon - Radio France

L’avenir devant eux : un prolongement de la série d’été « Jeunesse 2016 »

Une série d’Aurélie Charon, réalisée par Delphine Lemer

On parle souvent à sa place : la nouvelle génération a fini par s’en lasser et il est facile d’en conclure qu’elle est paralysée par son époque, alors qu’elle a simplement décidé parfois de vivre et d’agir en sourdine, sans portevoix. Pourtant on n’a jamais eu autant besoin de les entendre. On n’a jamais eu autant besoin de baisser le ton pour s’écouter. On ne va pas faire de grands discours, mais juste se raconter. On ne va pas forcément tomber d’accord, mais on se sera parlé.

Nous sommes le 2 janvier. Cette année on va voter. Certains pour la première fois. Certains pas, ne voient pas l’intérêt. Ils ne se sentent représentés ni par les femmes et hommes politiques, ni par les médias. Pour inaugurer l’année, c’est un prolongement de notre série d’été Jeunesse 2016, voilà la version 2017. Une communauté éphémère le temps de quatre épisodes, pour traverser : le rêve, le collectif, l’engagement et la joie. C’est début janvier : inventaire de là où on en est, et promesse d’avenir. Portraits croisés d’une jeunesse multiple.

Episode 1. Le #rêve : est-ce qu’une génération réaliste peut rêver ?

Où en est le rêve ? Qu’est-ce que la génération précédente leur a légué comme espoirs ? Est-ce qu’il est possible d’arriver à une place qui n’était pas prévue pour nous dans la société ? « Il y a moins de naïveté qu’avant » disent-ils. Aujourd’hui l’enfance s’en va très tôt un soir de journal télévisé, vers 20h face à une courbe du chômage et des mots martelés.

Portraits de ceux qui se sont autorisés à rêver et sont arrivés à un endroit qu’ils n’auraient pas soupçonné.

HEDDY a 20 ans, il a grandi à la Busserine dans les quartiers Nord de Marseille. Après la boxe et l’armée, il a finalement découvert le théâtre. Il est en service civique au Théâtre du Merlan.

MARIE a 24 ans, elle vient de se marier avec son amour du lycée, JB. Elle a grandi dans une famille catholique des quartiers plutôt chics, mais son premier job c’est psychologue auprès de jeunes dans les quartiers difficiles.

AMIR, 26 ans, est arrivé en France de Gaza à 23 ans, il est poète et professeur d’arabe : il s’est retrouvé en arrivant, face aux jeunes français.

"Dans ma vie, je marcherai toujours en me disant : 'J'abonnerai jamais quelque chose'. Parce que j'ai déjà baissé les bras, et ça m'a coûté cher." (Heddy)

"C'est un peu triste de voir que petit à petit, les rêves se cognent tellement plus fort à la réalité..." (Marie)

"C'est une génération qui manque d'espoir." (Amir)

Chroniques

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......