LE DIRECT
capture d'écran du film de Yves Robert "La guerre des boutons"  (1961 - France)

Le péril jeune ou la fabrique d'une peur

54 min
À retrouver dans l'émission

Ils seraient de plus en plus jeunes, de plus en plus violents. Ils agiraient en bande et n'auraient plus de limite. Ce sont les jeunes délinquants. Le phénomène serait de société et même inquiétant. Mais de qui parle-t-on ? De la jeunesse déviante de 1910, 1950... on frôle la rengaine.

capture d'écran du film de Yves Robert "La guerre des boutons"  (1961 - France)
capture d'écran du film de Yves Robert "La guerre des boutons" (1961 - France)

Première diffusion le 7 décembre 2015 dans l'émission Sur les docks.

C’est une réactivation permanente du péril jeune. Vous trouvez ça sur des poteries babyloniennes 2000 ans avant Jésus- Christ. Le péril jeune est une construction. Il existe des comportements déviants liés à la transgression de l'adolescence. Laurent Bonelli

Ce documentaire fait entendre, le péril jeune brandi hier et même avant hier : ainsi, aux Gamins de Paris qui poignardaient les Bourgeois dans le dos, se succèdent les Apaches et leurs règlements de compte sur les fortifs, les Blousons noirs et leurs chaînes de vélo puis, les racailles et leurs casquettes. 

On a donc des périodes où la délinquance juvénile est mise en avant sur la scène publique. Ça ne correspond pas nécessairement à un accroissement majeure de la délinquance juvénile. Dans les années 50, il y a un développement de la délinquance en général pour une raison fort simple, c’est la croissance économique très importante. Donc, il y a de plus en plus de choses à voler et les jeunes y participent. Jean-Jacques Yvorel

Autant de figures d'un péril jeune dont on comprend qu'elle relève souvent d'une construction médiatique déconnectée de la réalité de la délinquance juvénile. 

Il y a toujours eu des phénomènes de délinquance juvénile et il y en aura toujours. Ça ne suffit pas à expliquer pourquoi il y a des moments où on en parle beaucoup, et puis d'autres, pas du tout. Donc, c'est qu'il y a autre chose. C'est d'une part la récupération politique et d'autre part, la mise en scène médiatique. Laurent Bonelli

Nous sommes allés fouiller les archives de la radio et de la télévision pour faire entendre le rapport de la société française à sa jeunesse, ses moments de tolérance, ses moments de répression. Loin des stéréotypes, d'une histoire linéaire, nous entendons ici les tiraillements de société française vis-à-vis de ses enfants dits "dangereux".

Avec : 

Extraits des films  :  La guerre des boutons d'Yves Robert et Les 400 coups de François Truffaut

Lecture et chant :  Marius et Octave. Merci à Catherine Sultan, ancienne directrice de la Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ)

Un documentaire de Camille Juza, réalisé par Julie Beressi 

Pour aller plus loin

Lien

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......