LE DIRECT
Sucre en poudre
Épisode 3 :

Quand se nourrir rend malade

54 min
À retrouver dans l'émission

Si l'abus de sucre peut rendre malade, obèse, diabétique, les maladies liées au surpoids sont souvent d'origines multiples. Certains sucres sont cachés dans les aliments industrialisés. Et les chiffres de surpoids sont très clairement corrélés à la pauvreté.

Biscuits de supermarché
Biscuits de supermarché Crédits : FRANK PERRY - AFP

Aux États-Unis la consommation de sucre est autour de 50 kg par an et par personne. Normalement l’OMS préconise 25 g de sucre par jour et par personne c’est le maximum. Et idéalement moins de 10 g. Certains pays consomment 120 g de sucre par jour et par personne.  Jean-Michel Oppert

Ingrédient de plaisir, le sucre est présent dans une foule d'aliments consommés quotidiennement. Mais aujourd'hui, il est également associé à un problème de santé publique, avec une augmentation inquiétante du diabète, de l'obésité et des maladies liées au surpoids (problèmes cardiovasculaires, articulaires, inflammatoires, etc.). 

Le sucre n'est pas le seul impliqué : l'équilibre nutritionnel, l'activité physique, des propensions d'origine génétique, les habitudes culturelles, le sommeil, l'état émotionnel et la situation sociale jouent un rôle essentiel. Le lien avec la pauvreté et ce type de maladies a été démontré chez les plus précaires des populations des pays riches, et dans les pays les plus pauvres. Les sucres cachés et adjuvents des aliments industriels sont particulièrement pointés du doigt. 

En 2014, l’Organisation mondiale de la santé estimait le nombre d’adultes obèses à 600 millions de personnes, soit 13% de la population mondiale - une véritable épidémie mondiale d'obésité qui tue plus que la famine - , et 415 millions de diabétiques de type 2. Pendant ce temps, Coca Cola vend 1,9 milliards de boissons par jour. Étonnamment la CIA tient en ligne le classement de l’obésité dans le monde. Et selon ces statistiques, ce sont les Samoa américaines, petit archipel du Pacifique de 55 000 habitants, qui occupent la première place avec 74,6 % d’obèses. Le cas de Nauru, petite île de Micronésie, est lui aussi éloquent : autrefois deuxième pays le plus riche au monde, tombé aujourd'hui dans la pauvreté, son espérance de vie moyenne est de 49 ans. Le diabète y a explosé, principale cause de décès sur l'île, touchant 50% des adultes. Les populations passant subitement à une alimentation industrialisée, comme les Indiens au Brésil, sont sous le feu croisé de certaines propensions génétiques et d'une invasion subite de sodas et de mets trop sucrés remplaçant leur nourriture traditionnelle. 

L’idée ce n’est pas de supprimer les sucreries ou l’alimentation plaisir. Si la nourriture aide à réconforter c’est que le besoin est autre, il faut trouver un réconfort ailleurs. Mathilde Dupont

Et que penser des édulcorants, naturels ou chimiques, utilisés dans les produits "minceur" ? Les fameux édulcorants comme l'aspartame, la saccharine, le sucralose et bien d'autres ont été au cœur de batailles des géants du soda, mais les recherches scientifiques sur leurs effets se poursuivent.

Certaines personnes ne mange pas de sucre et le remplace par des édulcorants. Ils pensent que ça ne les fera pas grossir. Aujourd’hui il y a de plus en plus de publications qui montrent que quand on active les papilles avec du goût sucré, le pancréas va se mettre à produire de l’insuline et cela augmente les risques de diabète. Milena Monteiro Sepulveda

90% des boissons de synthèse contiennent de l’acesulfame et de sucralose. Ce mélange était jusqu’à maintenant considéré comme sans risque pour la santé. Deux études ont montré une modification de la sensibilité à l’insuline à la suite de la consommation sur le long terme de ces substances et une autre étude a montré l’inverse. Charles-Henri Malbert

Avec :

- Professeur Jean-Michel Oppert, chef du service de nutrition à l'APHP, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière

- Professeur Karine Clément, chercheur à l'Inserm (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) et Médecin à l'APHP, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière

- Sylvie Wolf, infirmière du service nutrition à l'APHP, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière

- Sophie Gougis, nutritionniste  du service nutrition à l'APHP, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière

- Mathilde Dupont, psychologue  du service nutrition à l'APHP, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière

- Milena Monteiro Sepulveda, docteur en physiologie et physiopathologie, nutritionniste spécialisée dans l'obésité et le diabète

et les témoignages de Marie-France Zimmer et Olivier Chapelle

Charles-Henri Malbert, chercheur à l'INRA (Institut national de la recherche agronomique)

Juliano Ribeiro Salgado, réalisateur du documentaire : Nauru, une île à la dérive

Une série documentaire de Lydia Ben Ytzhak, réalisée par Jean-Philippe Navarre

Bibliographie

Nauru, l'île dévastée de Luc Folliet aux éditions La Découverte, mai 2010

Socialter n°37, revue bimestrielle : Bienvenue en lobbycratie, parution le 9 octobre  2019

Nauru, une île à la dérive, Juliano Ribeiro Salgado et Luc Folliet

Liens 

Milla Monteiro-Sepulveda, nutritionniste

Une alimentation trop riche en sucre transforme le cerveau. Article d’Amy Reichelt, chercheuse, neuroscientifique canadienne, publié dans Slate.fr.

Santé et précarité : l’exemple du diabète, à propos d’une enquête dans le Languedoc. Etude de Claude Jaffiol et Serge Passeron, Académie des Sciences de Montpellier, 2013.

Obésité et diabète : une bombe à retardement. Allocution du Dr Margaret Chan, directeur général de l’OMS, octobre 2016.

Le diabète, une menace pour l’Afrique. Selon les projections, 41 millions de personnes seront diabétiques en 2045 sur le continent. Une enquête à lire dans le Monde.fr.

Le futur a déjà eu lieu à Nauru. Article à lire dans la revue Philitt, philosophie, littérature et cinéma, avril 2018.

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......