LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Surfeur sur une vague bretonne
Épisode 1 :

Comment le surf a fait un tube

55 min
À retrouver dans l'émission

Depuis Hawaï et l’océan Pacifique, le surf a conquis le monde.

Vue d'un surf rider, depuis les îles hawaïennes, avec Diamond Head au loin, fin du XIXe siècle
Vue d'un surf rider, depuis les îles hawaïennes, avec Diamond Head au loin, fin du XIXe siècle Crédits : Interim Archives/Getty Images - Getty

Difficile de dater et localiser l’origine du surf. 

Si la discipline a été pratiquée pendant la période pré coloniale en Afrique ou encore au Pérou, une chose est certaine, c’est en Polynésie et tout particulièrement à Hawaï qu’il a le plus fortement imprégné la culture locale. Pratiqué notamment pendant la période du Makahiki qui d’octobre à mars honorait Lono, le Dieu de la fertilité, le he’e nalu –littéralement “glisser sur la vague”– occupait des fonctions importantes, à la fois politique et religieuse au sein des sociétés insulaires hawaïennes. 

La découverte de l’archipel par l’expédition du capitaine Cook en 1778 à qui l’on doit une des premières descriptions connues du surf va déstabiliser la pratique du he’e nalu. Les guerres, les maladies importées par les colons vont décimer la population hawaïenne tandis que l’influence grandissante des missionnaires et l’avènement d’une société capitaliste vont marginaliser cette pratique. Avant que certains chercheurs, dont le Français Jérémy Lemarié, ne s’intéressent aux sources écrites en hawaïen, il était communément admis que le surf avait quasiment disparu de l’archipel dans le courant du XIXe siècle pour ne renaître que grâce aux Américains peu après l’annexion de l’archipel en 1897. Ce fut au contraire un outil de résistance à la colonisation. Et ce sont les Beach Boys hawaïens qui vont largement contribuer à sa diffusion dans le monde, en Californie d’abord via les postes de maîtres-nageurs qu’ils occupent sur les plages nouvellement fréquentées par la classe moyenne émergente puis en Australie avant de partir à la conquête du monde. 

Bon pour la santé

Au milieu du 19ème siècle [...], on appelait le "bain à la lame", la lame étant la vague qui vient fouetter le corps et aussi le "bain à la planchette", avec une planche de surf, ces bains étaient largement comme une pratique curative mais aussi préventive. La plus value de ce discours français était de montrer que le surf était encouragé de la part de ces médecins français ou autres hygiénistes, et même les diplomates encourageaient largement la pratique du surf. Jérémy Lemarié

L'appel du surf

JacK London va découvrir le surf et va rédiger un véritable éloge. Il s'essaie au surf et il apprécie. C'est dramatique parce qu'il passe trop de temps dans l'eau et donc il va avoir le corps brûlé plus que bronzé. Ensuite, il va devoir rester quasiment enfermé pendant une semaine et va lui laisser le temps de rédiger cet éloge au surf. Jérémy Lemarié

Apprivoiser le littoral

On constate à l'image des hygiénistes du 19ème siècle, chez ces promoteurs privés de Californie, une volonté d'inculquer le sens de l'hygiène et de la pratique sportive dans l'océan comme étant des incontournables de la vie moderne et saine. Le surf a été largement utilisé et commence à se développer en Californie par des techniques de baignade et de sauvetage par l'intermédiaire des clubs de sauveteurs en mer d'abord amateur, puis ensuite professionnel. Jérémy Lemarié

Avec 

Musique originale de l’ensemble Halau Hula O Manoa de l’association France Hawaï, Steel guitar et Ukulélé, Alain Robak et Primo Gramaglia 

Un documentaire de Raphaël Krafft, réalisé par Gilles Mardirossian 

Bibliographie

Liens

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......