LE DIRECT
L'éducation sexuelle des enfants d'internet
Épisode 1 :

Des adultes largués par le net

54 min
À retrouver dans l'émission

Ils se reconnaissent comme « largués », « vieux », « dépassés ». Ces adultes sont démunis face à un univers numérique et une culture adolescente qu’ils ne maîtrisent pas.

Parents-enfants face à la culture numérique
Parents-enfants face à la culture numérique Crédits : Fairfax Media - Getty

Je leur ai posé la question "A quel âge vous avez vu pour la première fois des images pornographiques ?" Unanimement, c'était 9-10 ans. Ovidie

La pornographie sur le public de collégiens de 13/14 ans, certains professeurs pensaient que ça ne les concernait pas ! Caroline Vézigné

Au printemps 2018, ce sont pourtant ces adultes-là qui me contactent pour développer en Charente une expérimentation de prévention de deux ans autour des sexualités, du sexisme et du numérique. 

Avant cette année scolaire, j'étais persuadée qu'on ne pouvait pas, parce que la diffusion de la pornographie était tellement interdit, y accéder. Donc oui, ça illustre bien le décalage. Pascale Lahaye 

Au moins trois séances d'éducation à la vie affective et sexuelle, depuis le début de la scolarité jusqu'au bac, c'est un strict minimum, si on veut avancer sur des sujets qui, ensuite, vont se répercuter de manière plus large dans la société. Parce que les questions de sexisme, de harcèlement, de violences conjugales, toutes ces choses-là, sont nourries par ça.  Diane Saint Réquier

Mais si ce premier épisode ne comporte pas encore de témoignages d’adolescents, c’est parce qu’il me faudra affronter une année entière de réticences et blocages avant de rencontrer ma première classe d’ados. 

« Le porno, c'est pas la réalité » Déjà, je trouve que c'est un peu prendre les jeunes pour des idiots. Ils savent qu'ils sont en train de regarder un film. Diane Saint Réquier

Et ces difficultés rencontrées sont révélatrices de l’échec d’une éducation sexuelle à la française dont la légitimité fait débat depuis le début des années 70 et que les institutions craignent encore d’imposer en milieu scolaire. 

La difficulté, c’est surtout les adultes et pas tant les jeunes, parce qu'ils en parlent assez facilement de leurs habitudes numériques. Ça fait partie de leur vie, en fait. C'est là où se passe pas mal de leurs interactions, c'est là que se fait la consommation de médias.  Diane Saint Réquier

Avec :

  • Xavier Czerwinski, DATAR Nouvelle Aquitaine, ancien sous-préfet de la Charente
  • Béatrice Lehoux, conseillère technique service des élèves à la direction académique
  • Marie-Noëlle Chaban, sexologue pour le CIDFF de la Charente
  • Caroline Vézigné, infirmière scolaire
  • Nathalie Hugonnenc, déléguée départementale aux Droits des Femmes et à l’Égalité
  • Diane Saint Réquier, intervenante de terrain et fondatrice de Sexy Soucis
  • Pascale Lahaye, principale du collège Jules Michelet d’Angoulême
  • Thomas Rohmer, président de l’Observatoire de la Parentalité et de l’Éducation Numérique (OPEN)

Un documentaire de Ovidie, réalisé par Nathalie Battus

Liens

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......