LE DIRECT
affiche contre la violence faite aux femmes
Épisode 3 :

Les survivantes

55 min
À retrouver dans l'émission

Le viol, catégorisé depuis 2008 comme une "tactique de guerre" par le Conseil de sécurité des Nations unies, passe encore aujourd’hui en dernier dans les chapitres "crimes de guerre".

Photographie argentique en noir et blanc de Laure Salmona
Photographie argentique en noir et blanc de Laure Salmona Crédits : Laure Salmona, artiste plasticienne

Dans les conflits armés actuels, les viols sont de plus en plus utilisés et organisés comme une arme de guerre. Selon l’ONU, 36 femmes et filles sont violées chaque jour en République Démocratique du Congo où on estime à 200 000 le nombre de femmes ayant souffert de violences sexuelles depuis 1998.

Le Dr Denis Mukwege dans le nord-Kivu soigne en moyenne une dizaine de femmes par jour pour les plus chanceuses qui accèdent à son hôpital.

On parle de viol massif, collectif, de viol public et organisé par des bandes armées.

L’impact de ces viols est celui que l’on peut trouver dans une guerre classique où l’on utilise des armes à feux : déplacements massifs des population, réduction démographique, destruction de l’économie, du tissu social et de la vie familiale. A l’hôpital de Compiègne (Oise), plusieurs femmes attendent d’être reçues dans le service du Dr Marc pour un premier suivi.

Avec :

  • Bernard Marc, médecin légiste à l’hôpital de Compiègne
  • Alicia et Amina
  • Aymeric Elluin, chargé de plaidoyer Armes et Justice internationale à Amnesty International
  • Emmanuelle Piet, médecin départemental de PMI 93, présidente du Collectif féministe contre le viol
  • Denis Mukwege, médecin 

"Il y a une volonté d'utiliser le viol comme un outil de guerre, avec une finalité de guerre, qui est détruire l'ennemi, au travers de la femme. On détruit la femme parce qu’elle est femme, et qu’elle est capable d’assurer la survie de la population touchée en contribuant à ce qu’elle se renouvelle. En faisant porter l’enfant de l’ennemi par la femme qu’on a violée, finalement on détruit le corps social. "

Un documentaire de Johanna Bedeau, réalisé par Marie-Laure Ciboulet

Pour aller plus loin :

Chroniques

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......