LE DIRECT
Livres cultes
Épisode 1 :

Tristes tropiques. L’invitation au décentrement

54 min
À retrouver dans l'émission

"Adieu sauvages, adieu voyages"

Couverture du livre Tristes tropiques
Couverture du livre Tristes tropiques

Les tropiques ne sont pas enchanteurs. Ils sont tristes, ils sont tristes, non pas en tant que tels, mais ils sont tristes parce qu'ils sont souillés par la prolifération occidentale et ils sont tristes parce qu'ils sont tragiques. Ils sont tristes comme est triste le regard du jeune Indien Nambikwara sur la couverture. Il y a une sorte de mélancolie. Vincent Debaene

A la question “comment devient-on ethnologue ?“ que posait Lévi-Strauss dans Tristes Tropiques, on serait tenté de répondre rétrospectivement : en lisant Tristes tropiques, tant à sa lecture médecins, philosophes et sociologues se sont convertis à l’ethnologie et sont partis faire des terrains aux quatre coins du monde.

Claude Lévi-Strauss au Brésil en 1936
Claude Lévi-Strauss au Brésil en 1936 Crédits : APIC - Getty

L'un des ressorts de l'écriture de Tristes tropiques, c'est l'identification entre son expérience de "gibier de camp de concentration" comme il dit dans le Tristes tropiques. Il y a une proximité entre cette expérience de "gibier de camp de concentration" qui est la sienne dans les années 40 et l'expérience de "gibier de la civilisation mécanique ", qui est une autre formule du livre qu'il emploie pour désigner les Nambikwara. Vincent Debaene

A l’étroit dans leurs sociétés, affectés par la crise profonde de l’identité occidentale induite par la seconde guerre mondiale et la situation d’empire colonial, de nombreux lecteurs y ont trouvé un miroir et un révélateur de leurs aspirations profondes.

Je trouvais qu'avec une anthropologie, au moins, c'était le concept numéro un. Qu'est-ce qu'on fait de ce corps avec lequel on est et qui est une source d'identité sexuée et sexuelle, qu'on peut marquer jusqu'à des interventions très dures comme l'excision ou l'infibulation ? Samia Salah

Tristes tropiques est pourtant un récit d’ailleurs, de l’incertaine rencontre avec le plus lointain. Alors pourquoi ? C’est que les Indiens du Brésil incarnaient une altérité humaine non touchée par l’Occident, engageant Lévi-Strauss dans une vaste méditation philosophique sur la façon d’être au monde, qui fait résonner les longues ondes de la crise de l’Occident jusqu’à aujourd’hui.

Ce qui est assez beau dans Tristes Tropiques, c'est justement son côté très rousseauiste, c'est à dire qu'à la fois, il y a un pari sur le savoir européen, sur l'écriture comme possibilité de sauver ce qui va être détruit. Et en même temps, il y a la conscience quand même sous jacente que tout cela est vain et que le monde va disparaître. Vincent Debaene

Dans ce documentaire, des lecteurs passionnés et engagés racontent combien Tristes tropiques a changé leur vie et combien il est encore un miroir dans lequel déchiffrer le présent.

Avec :

  • Vincent Debaene, professeur de littérature à l’université de Genève, éditeur du volume Lévi-Strauss dans la Pléiade, auteur de L'adieu au voyage. L'ethnologie française entre science et littérature (Gallimard)
  • Nastassja Martin, anthropologue, spécialiste des mondes arctiques, auteur de Les âmes sauvages (La Découverte, 2016) et Croire aux fauves (Verticales, 2018)
  • Frédéric Keck, anthropologue, directeur du Laboratoire d’Anthropologie Sociale au Collège de France
  • Emmanuel Terray, anthropologue, spécialiste de l’Afrique
  • Samia Salah : enseignante de philosophie au lycée à Montreuil, a correspondu avec Lévi-Strauss pour témoigner de l’importance de Tristes Tropiques pour elle et pour ses élèves.

Une série documentaire de Elise Gruau, réalisée par Anna Szmuc

Couverture du livre de photos de Claude Lévi-Strauss
Couverture du livre de photos de Claude Lévi-Strauss

Liens 

Livre de Vincent Debaene, L’Adieu aux voyages, Gallimard, 2010

Livres de Nastassja Martin, Les âmes sauvages_,_La Découverte, 2016  ; et Croire aux fauves, 2019(Verticale)

Le texte intégral du livre de Claude Lévi-Strauss est disponible en pdf sur le site des bibliothèques de la Haute école libre de Mosane en Belgique.

Les multiples lectures de Tristes Tropiques : article de Vincent Debaene, paru dans la revue Sciences Humaines en 2008.

4 mai 1984 : Interviewé par Bernard Pivot dans son bureau à Paris, Claude Levi Strauss parle de son livre Tristes tropiques paru en 1955. Une archive Ina.

Olivier Sécardin, Tristes tropiques ou l’adieu au voyage ? Article publié dans Multilinguales n°8, 2017.

Pierre Campion : « Tristes tropiques » de Lévi-Strauss. In Les Temps modernes de novembre-décembre 2017 n° 696.

Jean Cazeneuve : Tristes tropiques : les leçons d'un voyage philosophique. In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 13ᵉ année, N. 4, 1958. 

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......