LE DIRECT
Reproduction de la grotte de Lascaux, Exposition Lascaux 3.0, Naples, Italie
Épisode 1 :

Caverne ouvre-toi : Un beau jour naquit la préhistoire

55 min
À retrouver dans l'émission

Comment est née la science préhistorique et quelles étapes ont permis de voir l'art pariétal ?

L'entrée de la grotte des deux ouverture - Ardeche
L'entrée de la grotte des deux ouverture - Ardeche Crédits : Perrine Kervran - Radio France

Première diffusion du 12 au 15/12/2016

L’art pariétal fascine, il nous ramène à nos origines, il nous est à la fois étrangement proche et lointain. Il nous émeut et nous échappe mais pourtant on n’en a jamais fini avec lui. En décembre 2016 va s’ouvrir la dernière réplique de la grotte de Lascaux, au pied de la colline où se cache la vraie grotte et à deux pas de Montignac en Dordogne. On y verra enfin reproduites en situation et jusque dans le moindre détail, la totalité des peintures de cette grotte spectaculaire découverte en 1941. C’est l’occasion de faire le tour de la question de l’art pariétal : de sa reconnaissance tardive jusqu’aux recherches les plus récentes autour des grottes de Chauvet et de Cussac, en passant par la question de son interprétation, de sa conservation et de ce qu’il s’inspire aux artistes.

La vue sur la vallée de l'Ardèche
La vue sur la vallée de l'Ardèche Crédits : Perrine Kervran - Radio France

Episode 1 : Caverne ouvre-toi : Un beau jour naquit la préhistoire

En 1876 une fillette qui accompagne son archéologue de père, voit des taureaux au plafond de la grotte d’Alta Mira. C’est comme ça que va commencer la lente reconnaissance de l’art pariétal qui sera officiellement reconnu en 1902 par ses deux parents l’abbé Henri Breuil et Emile Cartailhac. C’est cette histoire que l’on va raconter pour aboutir à la découverte de la grotte de Lascaux et de ses peintures et gravures à couper le souffle, par des adolescents. Un récit qui est presque devenu un mythe, de la même façon que les récits de découvertes de grotte sont presque devenus un genre en tant que tel. On explore la question et on parcourt la grotte des deux ouvertures en Ardèche.

1902 : mea culpa d’un sceptique. Emile Cartailhac : «Il faut s’incliner devant la réalité d’un fait. Je me suis trompé sur l’art pariétal, cet art existe ! »

Il va falloir attendre, toute l’innocence, toute la fougue et la jeunesse de l’abbé Breuil pour obtenir une véritable reconnaissance à l’art pariétal.

Les œuvres d’art les plus monumentales et les plus visibles de la grotte Chauvet ne sont que dans le fond de la grotte. Voilà pourquoi ces découvertes sont toujours miraculeuses.

Tout le propos de l'art pariétal c'est d'être capable de voir, et ce n'est pas simple.

Il est impensable dans un contexte positiviste, marqué par la philosophie darwinienne de l’évolution, qu’un demi homme ait pu faire ces fresques-là.

Avec Jean-Pierre Vanzo, guide de la Grotte de Font de Gaume ; Monique Veyret, guide de la grotte de Combarelles ; Jean-Michel Geneste, Jean Clottes, Marc Azema, Carole Fritz, Valérie Feruglio, Jacques Jaubert, Frédéric Plassard, Julien Monney, Stéphane Konik, Lysianna Ledoux, Brigitte et Gilles Delluc, Jean-Pierre Chadelle, Gilles Tossello, archéologues préhistorien; Vincent Corpet, artiste peintre ; Jean Rouaud, écrivain ; Jean-Christophe Bailly, écrivain ; Muriel Mauriac, conservatrice de la grotte de Lascaux ; Arnaud Hurel, historien de la préhistoire ; Jean-Jacques Cleyet-Merle; archéologue préhistorien, concervateur du Musée Nationale de la préhistoire ; Francis Ringenbach, plasticien, réalisateur du fac-similé de Lascaux IV ; Jean- Jacques Delannoy, anthropo-géomorphologue ; Rémi Labrusse, historien de l'art ; Audrey Rieber, philosophe ; Philippe Dagen, historien de l'art et Jean-Loïc Le Quellec, mythologue.

Une série documentaire de Perrine Kervran, réalisée par Diphy Mariani

Merci à Christian Bourcereau

Pour aller plus loin :

Site de Lascaux

Site de la grotte Chauvet

Site de La grotte de Font-de-Gaume et des Combarelles

Site de la Grotte de Rouffignac

Site de la Caverne du Pont d’Arc

Site du Musée National de Préhistoire - Les Eyzies-de-Tayac

Site de l’Institut de Paléontologie humaine

Jean Clottes, préhistorien

Jean-Michel Geneste, Archéologue du Paléolithique

Bibliographie de Arnaud Hurel, Historien

Michel Lorblanchet, préhistorien

André Leroi-Gourhan, préhistorien et ethnologue

Brigitte et Gilles Delluc, docteurs en Préhistoire, chercheurs au département de Préhistoire du Muséum national d’Histoire naturelle (Paris)

Jean-Loïc Le Quellec , directeur de recherche au CNRS

Marc Azéma, préhistorien spécialiste d'art pariétal

Bataille à Lascaux - Comment l'art préhistorique apparut aux enfants, Daniel Fabre, Editions L'Echoppe

Jean Rouaud - Préhistoires – Editions Gallimard

Jean-Christophe Bailly - Le Dépaysement , Voyages en France – Editions Le Seuil

En partenariat

Brigitte Senut, la dame aux fossiles
Brigitte Senut, la dame aux fossiles Crédits : Philippe Ayme Adalios Productions - Radio France

Cette semaine, LSD, La série documentaire est en partenariat avec Tënk, la plateforme du documentaire d’auteur, qui vous permet de visionner jusqu'au 26/01/18 le film de Philippe Ayme, intitulé Brigitte Senut, la dame aux fossiles,  dont voici un résumé :

Professeure de paléontologie au Muséum National d’Histoire Naturelle - récompensée en 2008 par le Prix Joliot-Curie comme "femme scientifique de l’année" -, Brigitte Senut a su concilier une carrière exemplaire dans les plus grandes instances de la recherche française, et une présence soutenue sur le terrain à la recherche de fossiles, principalement en Afrique. Parfois perçue comme "hérétique" dans son combat contre les idées reçues, cette passionnée de terrain a fait de la transmission des connaissances son cheval de bataille.
Questionnant la place de la femme dans la recherche et celle de la science dans nos sociétés, ce film nous fait également découvrir le rift kenyan, terre d’Orrorin et de la communauté Tugen qui a su, au fil des missions de Brigitte et de son équipe, s’approprier une science et un patrimoine.

L'avis de Tënk : 

Étudier les restes des grands singes d’il y a 6 millions d’années permet d’apporter sa pierre à la connaissance sur les origines de l’Homme. À travers ce portrait d’une scientifique, toutes les dimensions du travail des chercheurs sont présentes, avec leurs implications sociales, culturelles, politiques, économiques, médiatiques et internationales. Ce film modeste pose entre autre une question : quand est-ce que les travaux scientifiques cesseront d’être dominés par les hommes blancs ?

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......