LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Notre-Dame-des-Landes
Épisode 1 :

Rêver un autre monde

58 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec cette « génération ZAD » qui s’organise, s’oppose, se confronte et invente des alternatives nouvelles. Des combats longs et fastidieux, mais qui marquent désormais tous les esprits.

Une manifestante pose avec une pancarte indiquant "Stop au capitalisme, ZAD partout" le 11 octobre 2020, à Lannemezan.
Une manifestante pose avec une pancarte indiquant "Stop au capitalisme, ZAD partout" le 11 octobre 2020, à Lannemezan. Crédits : LIONEL BONAVENTURE - AFP

ZAD… Cet acronyme qualifié de « néologisme militant », ne saurait désormais définir une Zone d’Aménagement Différé, mais plutôt une « Zone À Défendre ». À défendre contre la bétonisation, les aménagements, les projets « inutiles » et écocides. Des « Zones À Défendre » comme outil ultime de lutte. Un engagement total, philosophique, intellectuel et physique pour défendre ce qui reste d’un monde en danger d’extinction. « Vivre à la ZAD du Carnet a changé ma vie, politiquement, humainement, socialement, amicalement, amoureusement. Dans mes relations, ça a tout bouleversé, toute ma vision du monde et m’a secoué dans toutes mes convictions, ça a été une énorme claque dans ma vie » raconte Clémence, une jeune zadiste.

Partout collectifs et associations s’organisent en coordinations régionales. En Île-de-France c’était le 13 février 2021, sous le chapiteau de la Parole Errante à Montreuil en Seine-Saint-Denis. Ils étaient des dizaines, venus de toute la région pour raconter leur lutte contre les aménagements du Grand Paris, ceux des Jeux Olympiques de Paris 2024 et s’associer à celle des autres tandis que quelques jours auparavant naissait la première ZAD d’Ile-de-France à Gonesse. 

Les ZAD analyse la journaliste Jade Lindgaart, ce sont « des lieux de réinvention, de liens sociaux, d'amitié, de sensibilité. C'est à la fois un peu ténu et difficile d'essayer de matérialiser précisément à quoi servent ces lieux, mais leur imprécision et leur flou, peut-être, font partie de leur richesse. C'est des endroits de possibles disruptions, de possibles ruptures ».

Sur le plateau de Saclay, à Bure, dans les centaines de squats partout en France ou à la ZAD du Carnet dans l’estuaire de la Loire, on invente un nouveau monde, on fait table rase et on entend donner du sens à son existence comme l’explique l’ethnologue Stéphane Tonnelat : « il y a aussi quelque chose de galvanisant pour les citoyens de s'engager dans des mouvements comme ceux-là parce que ça leur donne l'impression qu’ils font quelque chose qui a du sens… C'est une façon d'aligner ses convictions avec ses actions ». 

Avec :

Chloé Gerbier, juriste de l’association « Notre affaire à tous »

François Pinatel, avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation

Jade Lindgaart, journaliste à Médiapart et membre du collectif « Des Terre pour Auber »

Clémence, militante et ancienne occupante de la ZAD du Carnet

Sylvain, membre du CPTG

Siamak, membre du CPTG

Stéphane Tonnelat, ethnologue chargé de recherche au CNRS, spécialiste des interstices urbains

Sacha, jeune activiste

Djissi, retraités, il consacre désormais sa vie à ces luttes contre les projets pharaonique du Grand Paris et ceux des JO de Paris 2024

Jean-Pierre Blazy, maire PS de Gonesse

Alice Le Roy, enseignante en communication et écologie urbaine

Un documentaire d’Alain Lewkowicz, assisté de Philippine Rouvière-Flamand, réalisé par Marie-Laure Ciboulet.

Liens

Partenariat

LSD, La série documentaire est en partenariat avec Tënk, la plateforme du documentaire d’auteur, qui vous permet de visionner jusqu'au 04/10/2021 le film Qui est là ? Souad Ketanni (54’)  

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......