LE DIRECT
Marae Arahurahu (Tahiti)
Épisode 3 :

Tahiti perdue, Tahiti retrouvée

55 min
À retrouver dans l'émission

A Tahiti, pour regarder vers le futur, il faut regarder en arrière !

Festival des Arts du Pacifique où se mèlent traditions et vie contemporaine, à Papeete en juillet 1985, Tahiti.
Festival des Arts du Pacifique où se mèlent traditions et vie contemporaine, à Papeete en juillet 1985, Tahiti. Crédits : Eric BRISSAUD - Getty

Il y avait une sorte de blessure narcissique des Européens de s'apercevoir que ces Tahitiens venus du bout du monde ne manifestent pas un si grand intérêt pour ce qu'ils découvrent, à part l’opéra. Aoutourou n’a pas appris le français et ne s’intéressait pas vraiment à Paris. Antoine Lilti

Il y a eu une utilisation politique à double sens. Les missionnaires, très peu nombreux, ont vite compris qu'en arrivant dans une société hiérarchisée, il fallait passer par les chefs. Et les chefs ont vite compris qu’ils ne pouvaient que recueillir du prestige à avoir leurs propres missionnaires. Serge Tcherkezoff

Les missionnaires ont tenté d'éradiquer les cérémonies à caractère sexuel, le tatouage, la polygamie. Là, ça a mis plus de temps. Ils voyaient certaines danses comme des danses licencieuses. Ce qui nous ramène d'ailleurs aux mêmes malentendus qui avaient déjà à l'époque des visites de James Cook. Serge Tcherkezoff

Danse traditionnelle par un jeune tahitien
Danse traditionnelle par un jeune tahitien Crédits : Nathalie Battus - Radio France

Avec l’arrivée des Européens à partir de 1767, le monde tahitien est définitivement ébranlé. Des Tahitiens s’embarquent sur les bateaux et découvrent Paris, Londres. Les maladies infectieuses, les fusils provoquent la mort des habitants. La missionarisation fait disparaître les anciennes pratiques. Rien ne sera plus jamais comme avant. Face à la violence du sentiment de perte, un mouvement identitaire de retour aux sources dit "Ma’ohi"  a émergé à Tahiti depuis la fin des années 1970.   

Auguste (personnage du livre Pina) est la figure romancée des Tahitiens d'une certaine génération, ceux qui ont connu les essais nucléaires, que l’ on a enlevé tout d'un coup de leur "vie traditionnelle" pour les jeter dans une réalité, une modernité due à l'implantation des essais et à l'urbanisation très rapide de Tahiti. Ce sont vraiment des gens qui ont une certaine nostalgie du Ma’ohi, des traditions. Titaua Peu

Marae enfoui dans la végétation
Marae enfoui dans la végétation Crédits : Delphine Morel - Radio France

Avec : 

  • Antoine Lilti, historien des Lumières  
  • John Mairai, metteur en scène et professeur d’Orero, l’art déclamatoire tahitien au conservatoire de Papeeté  
  • Tamara Maric, archéologue et directrice des collections au musée des îles et de la société  
  • Serge Tcherkezoff, anthropologue de la société Polynésienne des Samoas, ethno historien des premières rencontres entre Polynésiens et Européens  
  • Andréas Dettloff, artiste contemporain océanien 
  • Patu, tatoueur   
  • Flora Devatine, poétesse et membre de l’Académie tahitienne, Fare Vana’a  
  • Viri Taimana, directeur du centre des métiers d’art de la Polynésie Française  
  • Titaua Peu, écrivaine  
  • Collectif d’artistes polynésiens HTJ, Ennio, Chronos  

Une série documentaire de Delphine Morel, réalisation Nathalie Battus, Mixage Manuel Couturier et soutenue par brouillon d’un rêve de La Scam. Musique originale : Collectif Quinzequinze. Composition originale du récitatif : Ennio Neagle

Bibliographie

Liens

Dire l’autochtonie à Tahiti. Le terme ma¯’ohi : représentations, controverse et données linguistiques,par Bruno Saura, Maître de conférences en civilisation polynésienne, université de la Polynésie française. A lire dans le Journal de la Société des Océanistes, n°119, 2004.

Ma’ohi tumu et hutu painu : La construction identitaire dans la littérature contemporaine de Polynésie française. Thèse de doctorat de Jean-Luc Picard, université Paul Verlaine de Metz, 2008.

Jean-François Baré, L’identité au miroir de Tahiti, In L’Homme, n°194, 2010

Bio-bibliographie de Flora Aurima-Devatine, poétesse et première directrice de la revue Littérama’ohi, ramées de littérature polynésienne 

Jean-Marc Tera’ituatini Pambrun, Paroles tragiques de l’écrivain ma’ohi : à lire sur le site d’Ile en île.

Site de l’académie tahitienne Fare Vana’a.

Le tatouage polynésien à Tahiti : article publié en avril 2011 sur le site Maui, site rassemblant des études anthropologiques sur Tahiti, réalisé par l’université de Montréal.

Vaihere Cadousteau (université de la Polynésie française) : Le ‘Orero : le renouveau d’un antique art. A lire sur le site Ile en île. 

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......