LE DIRECT

Commentaires: Moby Dick, le roman-océan

40 min
À retrouver dans l'émission

Par Raphaël Enthoven Réalisation: Brigitte Bouvier Quelle meilleure image de la vie que cet équipage polyglotte et païen - cette tour de Babel flottante - conduit par un imprécateur unijambiste à la recherche d'un animal invincible ? Aucune allégorie n'est plus éloquente que ce roman-fleuve - ce roman-océan - qui va dans toutes les directions mais n'a qu'un seul objet, une seule issue possible. « Mes armes sont humaines, mais le combat que je veux mener est fou », songe le Capitaine Achab conscient d'être, à l'image de l'homme, écartelé entre des moyens dérisoires et une volonté infinie. On ne tue pas Moby Dick mais on en meurt, apprend à ses dépens ce nouveau Prométhée à qui l'un de ses seconds, Starbuck, prédit qu'un vautour « se nourrira de (son) coeur »... Obéir à Achab, c'est donc désobéir à Dieu... et Dieu devient le Diable quand un homme se prend pour Lui. En donnant la chasse à Moby Dick - le « diable blanc » - le capitaine du navire installe l'orgueil à la barre et creuse lui-même la tombe marine qui l'attend. Car tous les monstres marins sont moins terrifiants que cette montagne de neige au milieu de l'océan, ce trou blanc où les harponneurs sans foi s'engouffrent en hurlant... En vérité, le monstre indicible incarne tout ce qu'il ne faut pas (sa)voir, sous peine d'y laisser la vue : « je deviens aveugle, est-ce la nuit ? » demande le capitaine Achab, à qui le fil mal attaché de son harpon découpe la prunelle... Moby Dick est le « précipice » dont parle Pascal, au-devant duquel nous courons « après que nous avons mis quelque chose devant nous pour nous empêcher de le voir ». C'est un fantôme que les marins pourchassent. La baleine est l'énigme finale sur laquelle s'échouent nos certitudes. Ceux qui croient donner un sens à la vie en lui donnant un but se mettent le harpon dans l'oeil, car comme tout le monde, c'est le vide qui les attend. Si l'homme est puni, c'est pour avoir vu que le secret de toutes choses était lui-même une question sans réponse, et qu'en définitive, « le monde était un vaisseau dans un voyage sans retour... » Dans Moby Dick , tout est écrit. RE Lecture des textes : Georges Claisse

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......