LE DIRECT
Graz (Autriche), l'île sur la Mur

En compagnie des poètes européens, libres passeurs

46 min

Frédéric Worms s'entretient avec Guillaume Métayer, poète et traducteur, animateur de la revue Po&sie.

Graz (Autriche), l'île sur la Mur
Graz (Autriche), l'île sur la Mur Crédits : Patrick Seeger Deutsche Presse-Agentur/MaxPPP - Maxppp

Qu’est-ce qu’être un poète en Europe aujourd'hui ? Pour le savoir, Guillaume Métayer, grand lecteur de Voltaire et de Nietzsche,  et poète lui-même, a sillonné l'Europe centrale en suivant le cours de la rivière la Mur (prononcer « l’amour » même si cela s’écrit comme « le mur » ), et notamment rencontré à Ptuj un festival multilingue de poésie. Un voyage poétique dont il rend compte dans un reportage publié dans le dernier numéro de la revue Po&sie. Ainsi, les poètes européens existent : Guillaume Métayer les a rencontrés. ll les traduit aussi, lui qui est allé à la rencontre du hongrois, cette langue tellement « étrangère », et de la Hongrie, pays dont le patriotisme en 1848 fut si universaliste. Le printemps des poètes peut-il être annonciateur d'un printemps des peuples européens ? Guillaume Métayer incite à le croire. A la question philosophique "qu’est-ce qu’un poète européen ?", sa réponse est simple : être un passeur.

Guillaume Métayer : Je me suis rendu compte que l'on parlait aux gens en anglais. En tant que traducteur, j'ai cherché une langue qui soit vraiment étrangère, qui ne soit pas une façon d'entrer dans une communication globale et finalement assez pauvre, mais qui soit une façon d'aller voir autre chose, véritablement autre chose. C'est comme ça que je suis tombé dans la marmite d'Attila Jozsef et du hongrois. Et puis il y a un lien l'humour noir d'Europe centrale, cette ironie hongroise post-moderne d'un Attila Jozsef ou d'un István Kemény et l'ironie voltairienne ou nietzschéenne. Ce qui m'intéressait aussi c'était comment, depuis les confins, on voit l'histoire européenne. 

#ironie post-moderne #humour noir #sel européen #Gai Savoir #Nietzsche #Voltaire #Attila Jozsef #István Kemény.

J'ai voulu renouer avec la tradition du voyage poétique des poètes romantiques, avec ce genre de pérégrination, de digression qu'on trouve chez Nerval en France ou chez Petőfi en Hongrie. Ces petits voyages intra-européens qui sont de véritables découvertes culturelles - pas uniquement muséales ou patrimoniales, il ne s'agit pas seulement de décrire telle église, tel temple ou tel musée - mais de rencontrer des gens, des poètes, des écrivains, de discuter et de rapporter cette expérience dans un voyage littéraire et intellectuel.

#Europe #frontières #Graz #Hongrie #Ptuj #Slovénie #Petőfi  #voyage poétique #fleuve La Mur #romantisme européen 

Je crois qu'on peut encore se promener en Europe et y découvrir des choses qu'on ne voit pas forcément. Il y a un phénomène d'occultation involontaire d'un certain nombre de réussites européennes. Je vois souvent des idées noires sur l'Europe mais en fait il y a énormément de talents en Europe, de poètes passionnés qui travaillent, qui s'entretraduisent. Il y a une République des lettres qui existe,  qui utilise Skype, qui constitue un réseau extrêmement vivant. Mais ces réussites sont refoulées. J'ai l'impression qu'on vit dans une espèce d'idée qu'il ne se passerait plus rien et qu'il y aurait simplement une Europe caricaturée à son passé.

#Andreas Unterweger #tournesols #Alfred Kolleritsch

Guillaume Métayer : La poésie est en elle-même une écologie. 

#Michel Deguy #Hölderlin #Heidegger #oikos #Charles Péguy 

Le choix musical de Guillaume Métayer est  "Sous les monts du Csitár" ["A csitári hegyek alatt" ] une chanson populaire hongroise interprétée par Andrea Rost accompagnée de Zoltán Kocsis.

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......