LE DIRECT
Mémorial aux Juifs assassinés d'Europe, à Berlin.

L’ombre du nazisme plane-t-elle sur l’Europe?

45 min

Frédéric Worms s'entretient avec Johann Chapoutot, historien, spécialiste du nazisme.

Mémorial aux Juifs assassinés d'Europe, à Berlin.
Mémorial aux Juifs assassinés d'Europe, à Berlin. Crédits : JENS KALAENE/dpa JENS KALAENE / ZB / DPA - AFP

On aimerait dans certains cas que les historiens ne parlent que des choses passées, révolues. C’est le cas des historiens du nazisme, même des plus grands, comme Johann Chapoutot, spécialiste s’il en est du nazisme. Mais le nazisme a-t-il disparu? Pourquoi a-t-on l’impression qu’il hante encore le monde, l’Europe d’abord, mais jusqu’aux Etats-Unis et ailleurs? Mais c’est qu’on réduit le nazisme à ses crimes, qui en effet hantent l’époque. Or, il remonte de plus loin, et c’est en remontant jusqu’à ses sources qu’on pourra tenter de les assécher et comprendre ce qui peut les ranimer encore, aujourd’hui, pour s’y opposer. Johann Chapoutot s’est immergé dans le nazisme comme culture globale, comme système de pensée, radicalement contre-révolutionnaire, pensée de l’anti universalisme, de la loi du sang contre la loi du texte, de la guerre à mort contre l’universel et l’idée même d’humanité. C’est cette pensée qui a permis et programmé les crimes; c’est en la pensant qu’on peut l’empêcher de revenir et comprendre aussi les liens, mais aussi la différence de ce qui aujourd’hui revient. Le nazisme a combiné cette culture de fond et des circonstances de crise; il faut lutter contre les unes et les autres pour l’empêcher de sortir de sa tombe.

Johann Chapoutot : A partir de 1919, 1928, 1933, nous avons des gens qui ont fait le choix d'une vision du monde, de postulats. Assumons d'en faire d'autres. Ils ont fait le choix du particularisme, faisons celui de l'universalisme. Assumons d'être dans le règne de la liberté et de faire des choix qui sont radicalement autres. 

Fin 1932 les nazis sont convaincus que c'est fini pour eux, qu'ils n'y arriveront pas. Il a fallu un concours de circonstances exceptionnel pour remettre en selle le parti nazi qui se considérait lui-même hors-jeu. 

Le nazisme a pu prendre car il correspondait à un besoin social de compréhension du monde, de réassurement. 

Le choix musical de Johann Chapoutot est "She's like a rainbow" des Rolling Stones.

Intervenants
  • Professeur d'histoire contemporaine à la Sorbonne, spécialiste de l'histoire de l'Allemagne
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......