LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Comment en est-on arrivé là ? A naître ? (extrait du film de Michael Winterbottom, "Tristram Shandy, a cock and bull story", 2005)

Pourquoi nous a-t-on mis au monde ?

44 min

Frédéric Worms s'entretient avec la psychanalyste Françoise Davoine, lectrice de Tristram Shandy.

Comment en est-on arrivé là ? A naître ? (extrait du film de Michael Winterbottom, "Tristram Shandy, a cock and bull story", 2005)
Comment en est-on arrivé là ? A naître ? (extrait du film de Michael Winterbottom, "Tristram Shandy, a cock and bull story", 2005) Crédits : Archives du 7eme Art / Photo12 - AFP

« Pourquoi nous a-t-on mis au monde ? » Loin de relever d'une métaphysique abstraite, cette question renvoie parfois à un traumatisme concret. Et Tristram Shandy, le personnage de Laurence Sterne (1713-1768) le sait mieux que personne. Son père, au moment de sa conception, a déjà failli l’abandonner. Avait-on pris au sérieux ce roman où on rit (mais aussi où on écrit) « comme des fous » avant le livre que lui consacre Françoise Davoine ? C'est elle en tout cas qui nous conduit de l'histoire familiale singulière de Tristram Shandy au(x) traumatisme(s) de la naissance, de la guerre, celles du XVIII° siècle comme celles d'aujourd’hui. Dans une sorte de triple dialogue, la psychanalyste y mêle la voix de Laurence Sterne - psychanalyste avant la lettre selon elle - à sa propre voix, ainsi qu'à celle de Jean-Max Gaudillière, son mari disparu, avec lequel elle avait co-écrit ses précédents livres. 

« Pray my dear / have you not forgot / to wind up the clock ? Pardonnez-moi mon cher, n'avez-vous pas oublié de remonter l'horloge ? » Ou comment faire repartir le temps arrêté du trauma.

Françoise Davoine : Tristram Shandy peut être difficile à lire parce que c'est le temps traumatique qui est le sujet du roman : il avance, il recule, on s'y perd facilement. Je pense que Laurence Sterne est un analyste avant la lettre."

Il y a "matières à penser" ce qu'on n'arrive pas à penser, parce qu'il n'y a pas d'Autre. Les événements traumatiques, ce qui les définit c'est qu'on est dans une solitude extrême où personne n'a été présent à ce moment-là. Donc pour pouvoir les penser, il faut pouvoir avoir un Autre, c'est Wittgenstein qui disait qu'il y a un autre en soi avec qui on dialogue, mais à cause du trauma, cet autre-là n'existe pas, le trauma a détruit toute altérité. C'est cette solitude qui fait que les symptômes qu'on prend toujours pour des choses pathologiques, négatives sont en fait des recherches pour pouvoir penser le traumatisme. Et pour pouvoir le penser, il faut pouvoir le dire à un autre, il faut pouvoir l'inscrire, l'écrire. Le symptôme cherche à s'adresser pour pouvoir être oublié.

L'origine du mot thérapeute - θεράπων, therápôn - c'est le second au combat, l'ordonnance, celui qui vous accompagne au combat. Le capitaine Thoby est le thérapeute de Sterne, un peu comme Don Quichotte est apparu à Cervantès pour être le sien à un certain moment de sa vie. On a tous un thérapeute imaginaire mais on n'ose pas en parler. Ça peut être un animal, un paysage. Quand on rencontre un analyste, on peut oser le partager et lui donner une consistance.

Françoise Davoine : Je ne peux pas écrire sans dialogue. Ce livre c'est un peu un dialogue avec les morts, avec mes fantômes. Dans Comme des fous, je dialogue avec le fantôme de Jean-Max Gaudillère, avec celui de Laurence Sterne aussi. 

Le choix musical de Françoise Davoine est le Fandango du Padre Antonio Soler.

Françoise Davoine : Pour pouvoir penser, il faut pouvoir respirer. Remettre le temps en marche. Cette musique de danse, ce fandango, remet le temps en marche."

Jack Kerouac lit Sur la route sur un rythme de jazz dans le Steve Allen Show en 1959

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

#scène primitive #psychanalyse pré-oedipienne #anamnèse #Bion #Winnicott #Don Quichotte #Kerouac

Intervenants
  • Psychanalyste, sociologue, membre honoraire et maîtresse de conférences à l'EHESS (Cems – Centre d’Etude et des Mouvements Sociaux), et ancien membre de l'École freudienne.
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......