LE DIRECT
Le nouveau modèle du chien robot "Aibo" de Sony. Tokyo, 11 janvier 2018.

Faut-il nous attacher à nos robots de compagnie ?

44 min

Serge Tisseron s'entretient avec Rodolphe Gelin, concepteur de robots, responsable de l'innovation chez SoftBank Robotics.

Le nouveau modèle du chien robot "Aibo" de Sony. Tokyo, 11 janvier 2018.
Le nouveau modèle du chien robot "Aibo" de Sony. Tokyo, 11 janvier 2018. Crédits : Kazuhiro NOGI / AFP - AFP

Les robots sociaux, encore appelés robots de compagnie, sont conçus pour être nos futurs assistants personnels à domicile. Ils seront là pour nous aider à surveiller notre santé, guider notre éducation et celle de nos enfants, nous distraire… et cela chez nous et à tout moment. Bien sûr, nous allons fortement nous attacher à de telles machines. Quelles conséquences cela aura-t-il sur nos vies ? Faut-il encourager cette affection ou au contraire la dissuader ? N’y a-t-il pas un danger à ce que nous nous attachions trop à elles, au risque de préférer leur compagnie à celle des humains ?

Rodolphe Gelin : Une voix synthétique qui imite parfaitement la voix humaine sera sans doute plus rassurante pour l'utilisateur. Mais est-ce qu'il vaut mieux mentir et rassurer les gens ? Ou leur dire la vérité en conservant le principe d'une voix un peu métallique, quitte à créer un peu plus d'inquiétude chez eux ?

#Nao #Pepper #Scarlett Johansson

Chez SoftBank Robotics, notre travail de design sonore consiste à trouver un compromis entre une voix qui soit intelligible, fluide, claire, et en même temps garder l'idée d'une voix de robot : c'est une machine qui parle. Pour éviter de tromper les gens un peu  comme dans le film Her où l'on a une voix tellement parfaite que l'on peut oublier que l'on s'adresse à une machine. On peut arriver à faire de très belles voix de synthèse mais ce qui peut arriver, c'est  que quand il y a un décalage énorme entre la qualité de la voix et la qualité des réponses, on peut être un peu mal à l'aise devant une voix qui est parfaitement semblable à celle d'un homme alors que les réponses, malgré tous les progrès que l'on fait en intelligence artificielle finiront par être un peu stéréotypées, un peu prévisibles. Alors on peut faire apparaître une différence entre l'apparence et le comportement. Une voix qui serait trop parfaite ferait que l'utilisateur attendrait une intelligence parfaite derrière. Et quand on entend quelqu'un qui a une très belle voix on s'attend à ce qu'il dise des choses intelligentes : on fait un lien entre la qualité de ce qui est dit et la qualité de  comment c'est dit. C'est une des raisons pour lesquelles nous avons décidé de mettre en garde l'utilisateur : "n'oublie pas que c'est une machine". Et l'apparence de nos robots, de la même façon qu'on ne va pas vers l'androïde - malgré tout l'aspect sympathique sur lequel on travaille, nos robots restent incontestablement des machines - de même la voix maintient cette distance pour rappeler toujours : "attention, devant vous c'est une machine."

#Vallée de l'étrange

De la même façon qu'on a des animateurs qui vont programmer de beaux gestes pour nos robots, voire des performances chorégraphiques pour Nao, on a des linguistes qui imaginent des répliques spirituelles, des petites blagues. C'est quelque chose d'essentiel pour désacraliser ces technologies, pour en permettre un accès plus facile. 

#humour machine

Rodolphe Gelin : Même dans le meilleur des cas, le robot ne pourra jamais remplir tous les services qu'une personne pourrait rendre. Avant très longtemps, le robot ne pourra pas faire prendre un bain à une personne ni lui faire sa vaisselle. En revanche, nous réfléchissons au fait que le robot puisse avoir comme responsabilité de maintenir le lien social de la personne avec son entourage. Cela peut être le boulot du robot de dire à la personne "t'as parlé à personne depuis deux jours, est-ce qu'on ne pourrait pas appeler ta famille ? ton médecin ?" Le robot aura ce rôle, programmé en lui, de s'assurer qu'il n'est pas le seul interlocuteur de cette personne. On voit déjà un peu ça sur les GPS de voiture par exemple. Cette intelligence-là, même si elle est programmée, dit que la machine nous considère comme autre chose qu'une machine en disant "tu as besoin de t'arrêter, de te reposer", ou bien "tu as besoin de parler". On va faire rentrer dans le "cerveau" de la machine ce besoin qu'ont les êtres humains de répondre à des besoins humains. 

#cornflakes #moteur

Il faut bien comprendre que le robot fait tourner des applications que vous avez choisies. Evidemment, on n'est pas à l'abri de la malhonnêteté de certains développeurs d'applications mais normalement, par défaut, un robot n'enregistre rien. S'il se met à enregistrer quelque chose, c'est parce que quelqu'un le lui a demandé, ce n'est pas inhérent au robot d'enregistrer tout ce qu'il voit et tout ce qu'il entend. Il faut lancer une application, un programme particulier qui lui demande d'enregistrer ou de prendre des images et de les envoyer sur un serveur. Après, pour que le robot s'améliore, plus il va enregistrer d'images de la façon dont je vis, plus il connaîtra mes habitudes, plus il s'adaptera à ce que je fais et mieux j'aimerais mon robot. Donc on arrivera à un moment où l'utilisateur décidera "je veux que mon robot apprenne à mon contact, donc je suis d'accord pour que mes données soient stockées quelque part et post-traitées". Ou pas. Cette transparence de la part des constructeurs sur ce qui se passe dans la tête d'un robot est essentielle.

#protection des données #Poupée Barbie #Aibo #droits des robots

Les robots sexuels, c'est un marché énorme qui fait rêver les roboticiens. C'est un marché qui est très tentant. #robots sexuels #réification

Le choix musical de Rodolphe Gelin est "Tête en l'air" de Jacques Higelin. 

Bibliographie

x

Les robotsRodolphe GelinLe Pommier, 2017

x

Le robot est-il l'avenir de l'homme ?Rodolphe GelinLa Documentation française, 2016

Intervenants
  • directeur de la Recherche de la société française Aldebaran Robotics
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......