LE DIRECT
'

Qui veille sur nos données personnelles ?

45 min

Serge Tisseron s'entretient avec Isabelle Falque Pierrotin, présidente de la commission Informatique et Liberté (CNIL)

'
' Crédits : MARK GARLICK / SCIENCE PHOTO LIBRA / MGA / Science Photo Library - AFP

A qui appartiennent nos données personnelles, si convoitées par les géants du Web ? Pourrions-nous envisager d’en être reconnus propriétaires, et par conséquent de pouvoir les vendre, comme certains nous y invitent ? Par ailleurs, en quoi le règlement général sur la protection des données (RGPD) - qui entrera en vigueur le 26 mai 2018 dans les 29 pays membres de l’Union européenne - va-t-il bouleverser la vie des entreprises et celle des citoyens ? Et dans un avenir proche, comment pourra être organisé le traitement des données "captées" par les innombrables objets connectés qui nous entourent ? Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la CNIL depuis 2011, plaide pour que soient respectés deux principes : vigilance et loyauté. 

Isabelle Falque-Pierrotin : Aujourd'hui, l'impératif de sécurité est tellement fort que l'on se dit "la vigilance citoyenne va nous aider". C'est pas faux. Pourtant, le cadre juridique de la vidéoprotection continue d'être extrêmement encadré. Pourquoi ? Parce qu'on se rend compte que ces technologies sont potentiellement attentatoires aux libertés. Il faut donc que ce soit des officiers publics qui puissent les mobiliser, et pour des finalités précises. Le problème c'est que le spectre de ces finalités commence à s'étoffer : vidéoprotection mobile, etc. C'est la tendance. Mais au-delà des aspects techniques, il faut s'interroger sur le type de société que l'on veut. Est-ce que l'on veut que n'importe lequel d'entre nous devienne un auxiliaire de justice, en participant à une forme de surveillance collective ? Est-ce qu'au contraire on considère que celle-ci relève de la responsabilité des pouvoirs publics - même s'il peut y avoir un système d'alerte déclenché par des citoyens ? Il est important de se demander quelle société numérique nous voulons. Parce que du point de vue des technologies, tout est possible... et pas cher !

#1974 #Safari, la chasse aux Français #CNIL #RGPD #transparence #Reporty

Il y a eu un déficit d'explication sur les compteurs Linky, c'est devenu une sorte d'objet symbolique qui cristallise toutes les angoisses par rapport à cette société numérique. En réalité la situation juridique est beaucoup moins grave que ce que certains ont pu dire.

#compteur Linky #boîte noire #société numérique

Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) vient renforcer les droits existant des personnes et leur en reconnaître de nouveaux. Ce dispositif juridique européen - qui va se mettre en place à partir de mai 2018 dans les 28 pays de l'Union - est d'une modernité extrême puisqu'il est construit non pas sur de la propriété mais sur de l'usage. Or c'est aujourd'hui l'usage qui est la valeur très forte de l'univers numérique. Contrairement à ce que disent les critiques, seulement 15% des Français seraient intéressés par vendre leurs données personnelles. La majorité des Français ne cherche pas un gain économique, ce qu'ils veulent c'est la maîtrise de leurs données. Pouvoir dire "oui, je partage ma géolocalisation avec cette plateforme", ou pas. "Oui, je suis d'accord pour croiser les données que cet écosystème possède de moi", ou pas. Or, actuellement, les individus ne sont pas en capacité suffisante de faire valoir leurs droits. Il est très important qu'on les assiste dans ce sens. C'est l'objectif de la CNIL et du RGPD notamment par l'intermédiaire des "recours collectifs" qu'introduit ce nouveau cadre juridique et qui vont permettre à des individus de gérer collectivement leurs droits individuels. Et ça c'est aussi un progrès. 

#droit à la portabilité #droit à l'oubli #déréférencement

Le RGPD répond exactement aux nouvelles attentes que formulent les citoyens européens depuis les révélations de l'affaire Snowden en 2011. Depuis quelques années, ils sont demandeurs de garanties nouvelles en matière de données. Le RGPD, c'est la démonstration qu'il était possible de moderniser ce cadre européen, de créer un cadre unique, tout en donnant à chaque citoyen les clés du royaume numérique, à travers des droits aisément mobilisables. Cela donne la possibilité à l'Europe de construire un numérique de confiance, parce qu'il y un cadre qui va rassurer les consommateurs et les investisseurs. C'est une chance fabuleuse pour l'Europe de remonter dans le train du numérique.

#marché européen de la donnée

Le choix musical d'Isabelle Falque-Pierrotin est la Gnossienne n°3 d'Erik Satie.

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......