LE DIRECT
A Rio de Janeiro, 28 octobre 2018.
Épisode 1 :

La leçon brésilienne

44 min
À retrouver dans l'émission

Cette expression, on sait d’où elle vient. Historiennes et historiens, philosophes et écrivains sont conviés au chevet de ce mot malade, ou en tous cas mal en point : ils auscultent le peuple dans tous ses états. Ce soir, avec Maud Chirio, historienne spécialiste du Brésil.

A Rio de Janeiro, 28 octobre 2018.
A Rio de Janeiro, 28 octobre 2018. Crédits : © Carl DE SOUZA - AFP

Avant d’être un slogan, cette expression fut, et c’est toujours, un pilier de tout système démocratique. Depuis la constitution de 1793, toutes les lois, décrets, jugements sont émis « au nom du peuple français ». On sait d’où elle vient, mais on voit aussi où elle va : vers des formes insidieuses ou brutales de déni de la démocratie. Doit-on les appeler populisme ? Le mot est piégé sans doute, mais quels mots ne le sont pas ? 

Revenant sur l’élection récente de Jair Bolsonaro au Brésil, Maud Chirio explore une généalogie méconnue du populisme : celle qui puise dans les expériences de la dictature militaire ou du pouvoir autoritaire au Brésil. Une leçon d’histoire contemporaine pour aujourd’hui. Ce qui est en cause ? Une remise en cause de l’idée même de progrès, dans le pays qui s’est pourtant donné comme devise « Ordre et progrès ». 

J’ai une espèce d’intimité avec cette équipe (celle au pouvoir depuis l’élection de J. Bolsonaro). (…) Je viens d’une famille communiste, et le combat des démocrates en Amérique latine, c’était un combat absolument juste, que personne ne pouvait nous prendre. Mais je me suis rendue compte que j’avais plus de facilité à adopter comme objets des gens qui m’étaient absolument distants, (…) et j’ai donc décidé de travailler sur les secteurs les plus à droite des forces armées pendant la dictature. Ils ont véritablement été la matrice d’une partie du pouvoir pendant ces années. (Maud Chirio)

Des partisans du président Bolsonaro le 28 octobre 2018, jour de son élection :

Jair Bolsonaro est passé de 25% à 45% dans les sondages en moins d’un mois, par un système de bombardement sur les réseaux sociaux de fausses nouvelles. C’est une entreprise d’endoctrinement par en dessous, très en-dessous des réseaux dans lesquels les intellectuels, peuvent s’exprimer. (…) Les univers médiatiques et dans les réseaux sociaux sont complètement étanches. (Maud Chirio et Patrick Boucheron)

Lula a commis une grave erreur, celle de se dire que s’il s’adaptait au système (…), et qu’il utilisait simplement un tout petit peu des fruits de la croissance pour alléger la misère des dizaines de millions de Brésiliens qui mouraient de faim, ce serait acceptable pour les élites. Ce que nous apprend l’histoire du Brésil depuis quatre ans c’est que non, ce n’était pas acceptable. (Maud Chirio)

Le Parti des Travailleurs a joué avec l’argent de la même manière que l’ensemble des acteurs politiques, ni plus, ni moins. Il a été au pouvoir treize ans, donc il a beaucoup joué avec l’argent, (…) et ça a été l’outil d’une classe politique (…) pour le renverser. La corruption est un fantastique écran de fumée et un fantastique outil de discrédit politique, en particulier de la gauche. Il dissimule ce qui est véritablement en question, c’est-à-dire les dominations sociales, les hiérarchies sociales, et le fait d’avoir voulu un tout petit peu les écorner, pendant une quinzaine d’années. (Maud Chirio)

La destitution par le Parlement de Dilma Roussef, présidente du Brésil de janvier 2011 à août 2016 :

Jair Bolsonaro, c’est quelqu’un qui a peu de culture historique, qui est très peu articulé intellectuellement. Il a une seule référence, la dictature militaire. (Maud Chirio)

A Rio de janeiro pendant le coup d'état militaire de 1964.
A Rio de janeiro pendant le coup d'état militaire de 1964. Crédits : © Universal History Archive - Getty

Lire l'entretien de Maud Chirio « Jair Bolsonaro est un phénomène fasciste » dansl'Humanité.

Chanson choisie par l'invitée : « Juízo Final », de Nicolas Krassik (album Caçuá)

Entre-Temps est une revue numérique d'histoire actuelle, collective, collaborative et gratuite, attaché à la chaire de Patrick Boucheron au Collège de France.

Intervenants
  • Historienne, maître de conférences à l'Université de Paris-Est Marne-la-Vallée.
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......