LE DIRECT
Épisode 5 :

Une idée cohérente de l’Europe démocratique

43 min
À retrouver dans l'émission

L’Europe ce n’est pas un fait, géographique ou juridique, un «continent» ou des institutions. C’est d’abord une idée, ou plutôt, plus d’une idée. Idées qui entrent en conflit, souvent implicitement, ouvrent sur l’avenir, sur le passé, sur le monde. Ce soir avec Philippe Petit et Jean-Claude Milner.

Crédits : © albertc111 - Getty

Européens, encore un effort : telle pourrait être l’injonction lancée par Jean-Claude Milner, dans son livre de dialogue sur l’Europe avec Philippe Petit. Et, au sens le plus strict : encore un effort pour être démocrates, au sens le plus radical, celui des droits de l’homme. Car la démocratie, la république consiste en cela : protéger les corps parlants grâce à des lois, des droits, qui donnent des contre-pouvoirs effectifs face aux dominations actuelles et aux crimes du passé. L’Europe, de ce point de vue, peut prendre le relais des nations démocratiques et de la Révolution française. Mais prend-elle ce chemin ? C’est toute la question. On est à la croisée du chemin et l’éclairage d’un intellectuel européen comme Jean-Claude Milner nous oriente : il avait dénoncé les « penchants criminels de l’Europe démocratique », essayons avec Philippe Petit et lui de construire les critères démocratiques de l’Europe contemporaine.

Pour moi, les droits n'existent que dans la mesure où ils sont formulés explicitement, déclarés. Un droit implicite n'est pas un droit. (Jean-Claude Milner).

Si nous parlons de l'Europe à 27, de la montée du populisme, sans se référer à la question de l'empire (c-à-d au fait que pour un certain nombre de peuples de l'ex Europe de l'Est,  l'Europe est vécue comme une figure impériale), on ne comprend rien à ce qui est en train de se passer aujourd'hui (alliance entre V. Orban et la Chine ou la visite du président chinois en Italie, par exemple). (Philippe Petit)

Ma crainte a longtemps été que l'Europe continue à faire de mauvais choix. Ma crainte nouvelle est que l'Europe ne continue pas. (Jean-Claude Milner / phrase extraite de l'ouvrage "Considération sur l'Europe : conversation avec Philippe Petit" citée par Philippe Petit).

A propos d'une langue commune (en Europe) :

Aujourd'hui, ce n'est pas le lieu d'une solution mais le lieu d'une tentation. La tentation, c'est précisément de réduire le problème à néant, en adoptant, pour l'Europe, une langue commune qui sera l'anglais, d'autant plus que la Grande-Bretagne aura quitté l'Europe. Si le brexit a lieu, la langue de l'Europe sera l'anglais ! (Jean-Claude Milner).

Extrait musical : "Vier ernste Gesänge" opus 121 de Johannes Brahms, interprété par Kathleen Ferrier

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......