LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Devenons-nous plus violents ?
Épisode 3 :

Une crise dans la symbolisation

43 min
À retrouver dans l'émission

Pour clore cette série (en 3 épisodes) sur la violence, discussion avec Jean Lassègue, philosophe et épistémologue, à propos de la violence numérique.

La violence numérique.
La violence numérique. Crédits : © Bill Hinton / Coll. Moment - Getty

La révolution numérique a profondément changé notre relation au monde. Les réseaux sociaux sont ainsi le lieu de la plus grande communauté mais aussi celui du plus grand rejet. Prendre la parole consiste à se montrer et à s’inscrire dans la ligne interminable des likes et des re-tweets, tout en cherchant l’élection et la reconnaissance symbolique… en évitant la mort symbolique par lynchage. 

On trouve que la société digitale est une société atomisée, que les gens ne se parlent plus, ne se fréquentent plus sur les mêmes modes qu'autrefois et on perd l'idée de communauté. [...] Il faut revenir à des choses beaucoup plus simples.

Les signes de l'informatique sont invisibles beaucoup plus qu'autrefois. Jusqu'à présent, quand on écrivait des signes, on écrivait des textes et ces textes renvoyaient à une parole collectivement partagée. Aujourd'hui, les signes informatiques ne sont pas là pour être lus, parlés ni pour être discutés ensemble. Ils ne dépendent pas du commun des mortels, puisque c'est toujours par l'intermédiaire des informaticiens que l'interaction informatique a lieue. 

C'est tout à fait frappant de voir qu'il y a une écriture chez les jeunes qui relève finalement d'un type d'alphabet qui n'est pas l'alphabet automatisé, grec et latin que l'on utilise.

On dépend, dans nos interactions sociales, d'un groupe particulier que dans l'Antiquité, on appelait les scribes et qu'aujourd'hui, on appelle les informaticiens. [...] Je pense que la situation est très différente aujourd'hui. Quand on écrivait jusqu'à présent, on écrivait avec une plume d'oie, un stylo, avec un engagement corporel, et c'est précisément ça qui disparaît.

Les signes sont invisibles quand on les emploie parce que quand on fait quelque chose avec des signes, on les transforme de façon presque inconsciente. Et c'est pour cela que les langues évoluent.

Les gens, sur les réseaux sociaux, s'exhibent de façon tout à fait stupéfiante. En même temps, nous voudrions réussir à garder un certain contrôle et donc cela engendre toutes sortes d'idées mythologiques, en particulier, celles de complots.

Ce qui me frappe beaucoup, sur les réseaux sociaux, c'est cette espèce de lynchage collectif qui fait qu'il y a une recherche d'unanimité complète, sans la possibilité d'entendre plusieurs voix qui se distinguent et qui permettent de se faire une idée d'une situation.

Extrait musical choisi par l'invité : " Lascia ch'io pianga " d'Haendel composé en 1711 (aria pour soprano écrite en italien) - opéra Rinaldo.

Pour aller plus loin

Page de Jean Lassègue (Labo LIAS - LInguistique Anthropologique et Sociolinguistique de l'EHESS).

Publications et articles de Jean Lassègue (site Cairn.info).

Page wikipédia des conférences Macy de 1942 à 1953. (évoquées pendant l'émission).

Page wikipédia de l'affaire Cambridge Analityca (évoquée pendant l'émission).

Emission enregistrée le 13 mars 2020.

Bibliographie

Intervenants
  • Philosophe et épistémologue, chargé de recherche CNRS et membre statutaire du LIAS (LInguistique Anthropologique et Sociolinguistique).
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......