LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Thomas Jolly en Atrée dans "Thyeste", mise en scène au festival d'Avignon,  juillet 2018.
Épisode 5 :

Des machines de guerres

44 min
À retrouver dans l'émission

Il existe aujourd’hui une nouvelle historiographie de la guerre. Quittant la vision surplombante du stratège, elle fait récit de la dispersion des témoignages et des points de vue, et croise donc nécessairement la question de l’écriture. Ce soir, avec Thomas Jolly, acteur et metteur en scène.

Thomas Jolly en Atrée dans "Thyeste", mise en scène au festival d'Avignon,  juillet 2018.
Thomas Jolly en Atrée dans "Thyeste", mise en scène au festival d'Avignon, juillet 2018. Crédits : © BORIS HORVAT - AFP

Le théâtre fut une utopie d’après-guerre pour réparer, pour reconstruire, pour consoler. Thomas Jolly se sent redevable et solidaire de cette conception d’un théâtre populaire, et voilà pourquoi il se décrit lui-même comme une « machine de guerre ». De Shakespeare à Sénèque, de la Jeanne d’Arc aux cheveux bleus de Henri VI au festin cruel de Thyeste en passant par les enfants du Radeau de la méduse de Georg Kaiser, la conversation avec Thomas Jolly croise ces deux interrogations : que peut l’histoire pour le théâtre, que peut le théâtre pour l’histoire ?

Que le théâtre soit là depuis 2500 ans, c’est un miracle, je trouve, après toutes ces révolutions, religieuses, philosophiques, etc. (…). Certainement y a-t-il quelque chose dans cet art-là d’irremplaçable, qui est je pense notre besoin de récit. (…) Peut-être parce que le récit d’avenir est flou en ce moment, écologiquement, politiquement, ce qui est angoissant, on se réfugie, comme à d’autres époques, (…) dans l’art car l’on pourrait y trouver un refuge, peut-être même une réconciliation avec son époque. (Thomas Jolly)

Le théâtre de Pompéi.
Le théâtre de Pompéi. Crédits : © Mondadori Portfolio - Getty

Chaque rideau de théâtre qui se lève nous dit, dans tous les théâtres du monde et à toutes les époques : « Nous sommes tous vivants au même endroit, en même temps », et que cette réalité, on ne peut pas passer à côté. Au même endroit en même temps, cela ne veut pas dire forcément dans la même ville, mais en tous cas dans le même monde. Plutôt que de chercher des échappatoires (…), à un moment donné, il va bien falloir trouver la façon d’être ensemble. Et peut-être que cela passe par un traité d’acceptation, de compréhension de l’autre et de toute l’altérité. (Thomas Jolly)

Extrait musical choisi par l'invité : "Mon enfance" de Barbara.

  • Liens

Pour en savoir plus sur Thomas Jolly vous pouvez consulter le site de La Piccolia Familia

Entre-Temps est une revue numérique d'histoire actuelle, collective, collaborative et gratuite, attaché à la chaire de Patrick Boucheron au Collège de France.

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......