LE DIRECT
Épisode 3 :

L’avenir n’est plus ce qu’il était !

43 min
À retrouver dans l'émission

Le rôle actif et croissant des activités humaines dans la dégradation de notre planète est indéniable. Progrès technique et progrès moral sont-ils compatibles pour le monde de demain ? Réponses avec Philippe Bihouix, ingénieur centralien et auteur d’essais sur les questions environnementales.

Crédits : © Picture Alliance - Getty

Nous connaissons désormais la réalité de la crise climatique en cours et ses lourdes conséquences pour les décennies à venir. Les scientifiques ne mettent plus en doute le rôle actif des activités humaines dans ce processus. Pourtant le hiatus reste important entre les faits avérés, les rapports qui se succèdent et les réponses qui leur sont apportées. Ce soir, nous dialoguons avec Philippe Bihouix - ingénieur centralien, auteur d’essais sur les questions environnementales, spécialiste de l’épuisement des ressources minérales et membre du conseil d’administration de l’Institut Momentum - qui poursuit de livre en livre ses attaques assez rudes contre ce qu’il appelle un « technosolutionnisme béat ». Une position plutôt inattendue au sein de sa profession. Après Le désastre de l’école numérique : plaidoyer pour une école sans écrans (2016) - écrit avec Karine Mauvilly - et L’âge des low-tech : vers une civilisation techniquement soutenable (2014), il nous fait part de ses inquiétudes sur les promesses de progrès et de sauvetage de la planète, qu’elles soient technologiques, économiques ou « citoyennes ». Dérèglement climatique, épuisement des ressources, des espèces et de la biodiversité, mais aussi fragilité du système social et économique : l’ère industrielle a atteint ses limites.

« Le bonheur était pour demain » car, en remontant sur près de quatre siècles la pelote de laine des promesses technologiques et du progrès, réponses à tous nos problèmes, eh bien on s’aperçoit qu’on nous a toujours promis le bonheur pour demain.

Je ne suis pas technophobe, je pense simplement que nous manquons de techno-discernement. On veut de la technologie partout et à tout prix, on veut électroniser nos vies, et de nombreuses promesses technologiques sont une manière d’ouvrir aux forceps de nouveaux marchés de produits dont nous n’avons pas forcément besoin.

Il faudrait concentrer la technologie là où elle est vraiment utile, car elle est extrêmement coûteuse en énergie et en ressources, même dans le cas des technologies vertes.

Il y a l’échelle locale avec le magasin « zéro déchet » et puis l’échelle européenne ou mondiale avec les taxes, etc, et, en fait, on a oublié l’échelle intermédiaire : celle de l’Etat nation qui peut donner l’exemple.

>>> Extrait  musical : « Le secret des banquises » d'Alain Bashung

1ère diffusion le 23 octobre 2019.

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......