LE DIRECT
Récif de corail
Épisode 3 :

Aimer la biodiversité ou partir avec elle

44 min
À retrouver dans l'émission

De la connaissance scientifique sur l'animal à la préservation de la biodiversité, en passant par de brûlantes questions éthiques et judiciaires, "Matières à penser" s'intéresse cette semaine aux animaux. Ce soir, avec Gilles Boeuf, biologiste, professeur à l’Université Paris I Sorbonne.

Récif de corail
Récif de corail Crédits : Beth Watson - Getty

Questions autour de la domination de l’homme sur les animaux, en dépit de nouvelles découvertes scientifiques, toujours plus surprenantes, sur leur sensibilité, plus prosaïquement sur leur utilité, à condition de les respecter. L’invité de ce soir insiste aussi sur leur beauté. Même les moches sont beaux, il le démontre ! Et il s’inquiète avec beaucoup d’autres du recul, à une vitesse foudroyante, de  la biodiversité. Son credo : la préservation des écosystèmes doit être le souci de tous, sinon on n’y arrivera pas.

L'effondrement de la biodiversité est beaucoup plus rapide que ce que nous avions imaginé : d'une prévision de 200 ans nous sommes passé à 40 ans ! Notamment pour la fonte des grands glaciers continentaux. [...] aujourd'hui il n'y a plus de rhinocéros en Zambie.

Tous les animaux emblématiques, ceux qu'on aime le plus, qu'on voit à la télévision, auront bientôt tous disparu dans l'indifférence générale.

L'animal ne laisse pas de déchets [...] ce qu'il laisse, il le produit pour une autre espèce de vivant. Il innove tous les jours, pour tous, avec une parcimonie d’énergie, et il optimise en permanence [...] comme une machine qui tourne en boucle en harmonie.

Aujourd'hui, les animaux domestiques représentent 90% de la "biomasse".

Nous [les humains] ne coopérons qu'avec la biodiversité. Nous l’ingérons, c'est donc notre alliée. Les bactéries provenant de la nourriture issue de la biodiversité co-évoluent en permanence avec les cellules du corps humain et agissent sur des maladies comme l’Alzheimer, le diabète ou l'autisme.

Le capitalisme va s'effondrer car il ne tient pas compte des réalités écologiques. Il faut absolument stopper cette économie suicidaire qui consiste à faire de l'argent en détruisant la nature.

Extraits musicaux : Un petit poisson, un petit oiseau de Juliette Greco. 

La ronde des trois abeilles, Les chansons de Bob et Bobette, chant Lucienne Vernay

Crédits : Philippe Lejeandre - Getty
Intervenants
  • Biologiste, président du Muséum d’histoire naturelle de 2009 à 2015.
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......